Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Katia Krafft

    Krafft.jpgKatia Kraft est née Catherine Conrad, le 17 avril 1942 à Soultz (Haut-Rhin).

    Elle fait des études de physique et de géochimie à l’Université de Strasbourg. C’est là qu’elle rencontre, en 1966, le Mulhousien Maurice Krafft, étudiant en géologie. Ils ont une passion commune, les volcans. Une passion qui vaudra à Katia le prix de la Fondation de la Vocation pour ses travaux de volcanologie en 1969.

    Maurice (né le 25 mars 1946), de son côté, découvre les volcans à 7 ans, lors de vacances familiales et d’une excursion sur les pentes du Stomboli. Passionné de géologie, il adhère à 15 ans à la Société Géologique de France et organise sa première expédition à vélomoteur sur les volcans du Massif Central.

    Ils se marient le 18 août 1970. L’année suivante, ils publient leur premier livre. Pendant plus de vingt ans, ils parcourent le monde se rendant sur toutes les éruptions (175 au total).

    Ils sont également à l’origine de la Maison du Volcan à la Réunion et du projet Volcania en Auvergne qui, après de nombreuses et longues péripéties, aboutira au Parc Vulcania. Le 3 juin 1991, alors qu’ils étudient l’éruption du mont Unzen, ils sont emportés par une nuée ardente qui fait une quarantaine de victimes.

    Leur passion les a amené à constituer un fonds exceptionnel de plus de 300 000 photos, 300 heures de film, 20 000 ouvrages géologiques et quelques 6 000 lithographies et tableaux.

  • Christoph Thomas Walliser

    Christoph Thomas Walliser est né à Strasbourg le 17 avril 1568.

    En 1584, à 16 ans, il entreprend un long voyage à travers l'Europe (Allemagne, Bohême, Hongrie, Italie, Suisse) pour étudier les sciences et la musique. Il rentre à Strasbourg en 1599 et est alors nommé professeur (Praeceptor classicus et Musicus ordinarius) au Gymnase protestant et à l'Académie (qui deviendra université en 1621). Parallèlement, en 1600, il devient organiste de l'église Saint-Thomas et, en 1606, de la Cathédrale.

    Il publie de nombreuses œuvres chorales et est alors considéré comme l'un des plus importants compositeurs de musique religieuse. En 1634, suite à la réduction du nombre de classes, il perd son poste de professeur. Il finira sa vie dans l'oubli et la pauvreté. Il décède à Strasbourg le 26 avril 1648.

    S'il est tombé dans l'oubli, il reste quand même une trace de lui : une rue de Strasbourg porte son nom.

  • Hippolyte Bernheim

    L’inventeur de la psychothérapie est Mulhousien !

    Bernheim.jpgHippolyte Bernheim né le 17 avril 1840 à Mulhouse. Après des études primaires et secondaires dans sa ville natale, il entre à l’Université de Strasbourg où il obtient son doctorat en médecine en 1867. Nommé la même année maître de conférence, il s’établit comme médecin à Strasbourg. En 1871, il quitte l’Alsace annexée pour s’installer à Nancy où il sera nommé professeur de médecine interne en 1879.

    En 1882, il découvre les travaux sur l’hypnose d’Ambroise-Auguste Liébeault avec lequel il va fonder l’Ecole de Nancy ou Ecole de la suggestion. Il publie plusieurs ouvrages théorisant l’hypnose et la suggestion avant d’abandonner progressivement la première au profit de la seconde et met au point une méthode qu’il appelle psychothérapie.

    Ses travaux sont connus dans le monde entier et de nombreux chercheurs viennent le consulter. C’est ainsi qu’Emile Coué (en 1885) et Sigmund Freud (en 1889) viennent approfondir leurs connaissances auprès de lui. Freud traduira d’ailleurs en allemand “De la suggestion dans l’état hypnotique et dans l’état de veille“ publié par Bernheim en 1884. Au début du XXe siècle, Hippolyte Bernheim était considéré comme le plus grand psychothérapeute d’Europe.

    Il décède le 22 février 1919 à Paris.