Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Ignace Pleyel

    C’est encore un compositeur qui est “l’homme du jour“. Et non des moindres puisqu’on lui doit (devrait ?) ce qui est incontestablement LA mélodie française la plus connue. 

    pleyel.jpgL'interrogation est justifiée par la polémique sur le véritable compositeur de cette mélodie, plusieurs thèses s'affrontant sur le sujet.

    Ignace Pleyel né le 18 juin 1757 à Ruppersthal en Autriche. Son père lui donne ses premiers cours de musique, puis vient s’installer à Vienne pour permettre à son fils de travailler avec le compositeur tchèque Jean-Baptiste Vanhal. Grâce à un mécène, le comte Ladislas Erdory, il étudie ensuite à Eisenstadt avec Haydn. En 1777, Pleyel entre au service d’Erdory.

    En 1784, il est nommé assistant de François-Xavier Richter, maître de chapelle de la cathédrale de Strasbourg, auquel il succède en 1789. Entre-temps, il avait épousé une Strasbourgeoise, Françoise-Gabrielle Lefèbvre. A partir de 1791, la Révolution étant passée par là et la musique religieuse étant interdite, Pleyel se rend à Londres où ses œuvres sont jouées aux concerts Salomon. A son retour à Strasbourg, il achète le château d’Ittenwiller, un ancien prieuré vendu comme bien national.

    C’est en 1792 qu’eut lieu un événement important. Le baron de Dietrich, maire de Strasbourg, tenait salon. C’est là que Pleyel avait fait la connaissance d’un capitaine du bataillon “Les enfants de la Patrie“, Claude Joseph Rouget de Lisle, poète et compositeur amateur. Très amateur, même, selon les témoins de l’époque qui parlent de ses “vers de mirliton“ et d’après les quelques mélodies que l’on connaît de lui. Et voilà que De Dietrich lui suggère de composer un “beau chant pour ce peuple soldat“. Les paroles en sont vite trouvées, elles s’inspirent très largement d’une affiche placardée par la Société des Amis de la Constitution : “Aux armes, citoyens ! L’étendard de la guerre est déployé ! Le signal est sonné ! Aux armes ! Il faut combattre, vaincre, ou mourir…“. Quant à la musique, dans une lettre adressée à sa famille, Rouget de Lisle annonce avoir reçu commande d’un hymne de la part du maire de Strasbourg et s’être adressé, pour ce faire, à son ami Pleyel. C’est ainsi que fut créé le “Chant de marche pour l’Armée du Rhin“, devenu “La Marseillaise“.

    Une version que confirme Hubert d’Andlau, actuel propriétaire du château d’Ittenwiller : «Rouget de L’Isle savait manier la plume pour créer des vers de mirliton. Mais ses connaissances en musique étaient sans doute précaires. Aussi décida-t-il de rendre visite à son ami Pleyel à Ittenwiller afin de lui demander son aide. Ittenwiller est sans doute le vrai berceau de la Marseillaise. Mon père aimait raconter cette histoire en concluant : “Je ne peux pas le prouver, mais personne ne peut prouver le contraire“».

    J’ajouterais qu’un certain nombre de recherches musicologiques accréditent cette thèse (bien que d'autres, tout aussi crédibles, s'attachent à démontrer à la véracité d'autres possibilités).

    Pleyel a encore d’autres chants révolutionnaire à son actif : soupçonné d’être royaliste, il fut contraint de “prouver sa sympathie à la cause de la Révolution“. C’est ainsi qu’il composa “La Prise de Toulon“ pour soliste et chœur à trois voix avec accompagnement de piano (19 février 1794), un hymne chanté au Temple de la Raison (c’est ainsi qu’avait été rebaptisé la cathédrale de Strasbourg) pour chœur avec accompagnement de piano (1793 ou 1794), l’Hymne à l’Être Suprême, cantate en deux parties (8 juin 1794) et “La Révolution du 10 août“ pour solistes, chœur et orchestre (10 août 1794). Non seulement il ne sera plus inquiété, mais il sera naturalisé Français !

    En 1795, il s’installe à Paris et ouvre une maison d’édition musicale. En 1802, il conçoit un nouveau modèle de piano dont les cordes sont frappées et non plus pincées comme c’était le cas du clavecin. Il en dépose le brevet en 1807 et, deux ans plus tard, fonde une manufacture de pianos. Il en confie la direction à son fils Camille (né à Strasbourg le 18 décembre 1788).

    Ignace Pleyel décède à Paris le 14 novembre 1831 et est inhumé au Père Lachaise.

  • Inauguration du Haut-Koenigsbourg

    13 mai 1908, inauguration du Haut-Koenigsbourg restauré par Bodo Ebhardt.

    Le 4 mai 1899, le château, en ruines, avait été offert par la ville de Sélestat à l’empereur Guillaume II. Les travaux, commencés en 1901, avaient duré 7 ans.

    C’est aujourd’hui l’un des sites touristiques les plus visités de France.

    Haut-Koenigsbourg.jpg

    Le même en 1900

    Haut_Koenigsbourg_1900.jpg

     

  • Eugène Ricklin, figure du mouvement autonomiste alsacien

    Eugène Ricklin est né le 12 mai 1862 à Dannemarie.

    Ricklin.jpgIl fait ses études au collège de Belfort, puis aux lycées d’Altkirch, de Colmar et de Ratisbonne pour les poursuivre dans les universités de Freiburg, Munich et Erlangen. Après avoir obtenu son doctorat en médecine, il revient à Dannemarie où, à 29 ans, il entre au conseil municipal.

    En 1896, il devient membre du Conseil général (Bezirkstag) de Haute-Alsace, puis, en 1900, du Landesausschuss à Strasbourg (Conseil d’Alsace-Lorraine) et enfin, le 16 juin 1903, du Reichstag à Berlin en tant que député de la circonscription de Thann-Altkirch.

    En 1898, il prend la succession du maire, décédé. Quatre ans plus tard, il est destitué par l’administration allemande suite à une plainte pour “offense à l’empereur“ et pour avoir réclamé un statut d’autonomie pour l’Alsace-Lorraine. Il reste cependant membre du conseil municipal. Parallèlement, il poursuit sa carrière médicale à Dannemarie de 1888 à 1910, puis à Carspach-Sonnenberg.

    En 1911, l’Alsace-Lorraine est dotée d’une constitution et d’un parlement, le Landtag, qui remplace le Landesausschuss. Le pouvoir législatif est transféré à cette assemblée composée de deux chambres : la première est composée de 42 membres (18 nommés par l’Empereur, 18 nommés par les corps constitués - églises, chambre de commerce, Université…- et 6 élus) et la seconde de 60 membres élus pour 5 ans au suffrage universel dont Ricklin est élu président.

    Pacifiste, il participe aux conférences de la Paix de l’Union interparlementaire de Berne et de Bâle où il fera la connaissance de Jean Jaurès.
    Durant la guerre, il sert dans l’armée allemande comme médecin militaire.

    Fervent partisan de l’autonomie, Ricklin s’oppose au nouveau pouvoir français comme il s’était opposé au pouvoir allemand.
    Dès le lendemain de la fin de la guerre, il convoque le “Nationalrat“, le mouvement qu’il avait créé pour “sauver les acquis politiques“. Il en est élu président.
    Sa proposition de soumettre à l’acceptation des autorités françaises un texte garantissant les droits alsaciens est repoussé par la majorité des membres. Ricklin est mis en minorité et le “Nationalrat“, devenu “Conseil National“ disparaît.
    En mars 1919, Ricklin est envoyé en résidence forcée dans la zone occupée près de Kehl et n’est autorisé à rentrer qu’en novembre 1919, après les élections législatives.
    Il revient à la vie publique en 1925 et intègre la rédaction du journal “Zukunft“. Il participe ensuite à la fondation du mouvement autonomiste “Heimatbund“ dont il est élu président. Un manifeste pour l’autonomie, publié le 5 juin 1926 et signé par une centaine de personnalités locales, vaudra à ses auteurs, accusés de séparatisme, d’être arrêtés et traduits en justice.
    Bien qu’emprisonné, Ricklin et un autre autonomiste, Joseph Rossé, se présentent aux élections législatives de mai 1928 sous les couleurs de l’Union Populaire Républicaine et sont élus. Libéré le 14 juillet, suite à la grâce présidentielle, Ricklin se présente aux élections cantonales d’octobre 1928 et est élu au Conseil général. Mais les deux élections seront invalidées, la première par l’Assemblée Nationale (par 195 voix pour, 29 contre et 416 abstentions), la seconde par le Conseil d’Etat le 22 mars 1929.
    De nouvelles élections sont organisées le 2 juin suivant, Ricklin et Rossé se représentent et sont réélus. Cette élection sera à nouveau invalidée par le Conseil d’Etat.

    Après la grâce présidentielle de 1928, Ricklin attendait une amnistie et une réhabilitation promise. Celle-ci tardant à venir, six députés autonomistes déposent un bulletin au nom de “Docteur Eugène Ricklin, ancien président du Parlement d’Alsace-Lorraine“ lors de l’élection présidentielle de 1931 qui verra l’élection de Paul Doumer.

    Définitivement retiré de la vie politique, Eugéne Ricklin décède le mercredi 4 septembre 1935 après un long séjour à l’hôpital de Dannemarie.