Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Auguste Scheurer-Kestner

    11 février 1833 : Naissance à Mulhouse d'Auguste Scheurer-Kestner

    ScheurerKestner.jpgAuguste Scheurer est né dans une famille d'industriels protestants et républicains. Il fait ses études au gymnase protestant de Strasbourg (1848-1851), puis à Paris avant de rejoindre, en 1842, la fabrique d'impression et de teinture des fibres textiles de son père, à Thann. En 1856, il épouse Céline Kestner et prend le nom de Scheurer-Kestner.

    Ses opinions politiques lui valent plusieurs condamnations, entre autres une amende de 2 000 francs et 4 mois de prison.
    Le 8 février 1871, il est élu député du Haut-Rhin, mais démissionne après l'annexion de l'Alsace. Il est réélu, dans la Seine cette fois, lors d'une élection complémentaire, le 2 juillet.
    En 1875, il est élu sénateur inamovible et, en 1895, il devient vice-président du Sénat.

    S'il est resté dans l'histoire, c'est avant-tout pour son implication dans la réhabilitation de Dreyfus, Mulhousien comme lui.
    Il est le premier homme politique à demander la révision du procès et rallie Zola et Clémenceau à sa cause. Cette implication lui attirera l'hostilité de ses collègues sénateurs : il n'obtiendra que 80 voix sur 229 votants lorsqu'il représentera sa candidature à la vice-présidence.

    Atteint d'un cancer de la gorge, il devra abandonner le combat. Hasard de l'histoire, il décède le 19 septembre 1899 à Bagnères-de-Luchon, le jour même où est signée la grâce de Dreyfus.

    Petite polémique sur la date de naissance :
    Dans deux éditions du “Dictionnaire des Parlementaires français“ (Robert et Cougny en 1889 et Jean Jolly 1960/1977) ainsi que sur le site du Sénat, la date retenue est le 11 février 1833 alors que wikipédia (corrigé depuis) et d'autres sites donnent le 13 février.
    Le registre des naissances de Mulhouse permet de trancher. En date du 12 février 1833, l'officier d'état civil note : "a comparu Auguste Scheurer… il présente un enfant de sexe masculin né d'hier onze février à une heure et demie… [auquel] il donne les prénoms de Daniel Nicolas Auguste". La date du 11 est reprise en marge.

  • Claude Rich

    Rich.jpg8 février 1929 : Naissance à Strasbourg de Claude Rich (décédé le 20 juillet 2017).

    Même si sa famille quitte Strasbourg alors qu’il n’a que 4 ans, il a toujours revendiqué son “alsaciannité“.

    « Je dois avouer que je la connais peu (l’Alsace), mais j’y suis profondément attaché. Quand je dois me présenter, spontanément je dis : je suis chrétien et alsacien. Les deux sont sur le même plan pour moi. Ce sont mes racines, cela me constitue. […] Dans ma maison, il y a des meubles, comme cette armoire appartenant à ma grand-mère, ces tableaux, qui me rappellent l’Alsace. Je suis un Alsacien de cœur ! »
    Novopress.info, 2010

    « Mon père était originaire de Wasselone ; ma grand-mère paternelle est née à Lauw, petit village de la Vallée de Masevaux. Lorsque j’évoque quelques souvenirs d’enfance, je me revois avec mon frère, dans la maison familiale de mes grands parents maternels située au bout du village de Lauw. Nous avions 15 ans. Nous y passions nos vacances. Une rivière coulait au bout du jardin. Il nous suffisait de la traverser, d’emprunter des chemins étroits pour monter à travers bois, puis à travers les chaumes, avant d’atteindre le Lac Bleu, endroit paisible au splendide spectacle »
    « J’aime l’Alsace ! J’aimerais m’y rendre plus souvent. Je rêverais de jouer devant les Alsaciens. Pour cela, faut-il que les théâtres alsaciens puissent programmer une des pièces que je joue à Paris… »
    www.maison-alsace.com

     

  • Pierre Pflimlin

    5 février 1907 : Naissance à Roubaix de Pierre Pflimlin. Une “naissance accidentelle“ comme la qualifiait Germain Muller.

    Pflimlin.jpgCar Pierre Pflimlin est bel et bien alsacien : son père, Jules, est né le 3 février 1875 à Mulhouse, dans une famille originaire de Steinbrunn-le-bas et sa mère, Léonie Schwartz est née à Altkirch, le 25 juillet 1881. La naissance de Pierre Pflimlin en dehors des frontières régionales n’est en fait qu’un dégât collatéral de la nomination de son père à la tête d’une filature à Roubaix.

    Sa mère décède une semaine après sa naissance et c’est en Alsace que l’enfant sera élevé, à Altkirch pendant ses trois premières années, puis à Hirsingue pendant un an et enfin à Mulhouse, où il arrive en 1912. L’Alsace est alors allemande, et c’est donc en allemand qu’il commence sa scolarité, avant de faire ses études supérieures à l’Institut catholique de Paris puis à l’Université de Strasbourg. En 1929, il obtient son doctorat de droit et, en 1933, il s’inscrit au barreau de Strasbourg.

    En 1940, il est mobilisé, fait prisonnier et libéré après six mois de captivité.

    En 1941, il passe en zone libre et abandonne le barreau pour la magistrature. Il devient juge d’instruction à Thonon-les-Bains. Début 1945, il est nommé commissaire du Gouvernement auprès de la Cour de justice de Moselle. A Metz, il fait la connaissance de Robert Schuman, une rencontre qui décidera de son adhésion au MRP.

    De retour à Strasbourg, il reprend la robe d’avocat et est élu conseiller municipal, puis député de l’Assemblée Constituante. Il ne siégera pas longtemps car, en février 1946, il est nommé sous-secrétaire d’Etat à la santé publique. A partir de là, les fonctions ministérielles s’enchaîneront  :

    1946 : Sous-secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Santé et de la Population puis Sous-secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’économie nationale 

    de 1947 à 1951, il est ministre de l’Agriculture dans 8 gouvernements différents

    1951 - 1952 : ministre du Commerce et des Relations économiques extérieures

    1952 : Ministre d’État, chargé du Conseil de l’Europe puis ministre de la France d’outre-mer

    1956 : ministre des Finances et des Affaires économiques

    1957  : ministre des Finances, des Affaires économiques et du Plan

    du 13 mai au 1er juin 1958 : président du Conseil

    du 1er juin 1958 au 8 janvier 1959 : ministre d’État

    1962 : ministre d’État, chargé de la Coopération

    Au plan local, il est député du Bas-Rhin (1946-1971), Maire de Strasbourg (1959-1983), Président du Conseil général du Bas-Rhin (1951-1976) et Conseiller Régional (1973-1983).

    En 1958, en tant que député, il participe à l’élaboration de la Constitution de la Vème république et est à l’origine de l’article 49.3

    Au plan européen, il propose, dès 1950 une organisation européenne des marchés agricoles.

    De 1959 à 1967, il est représentant de la France à l’Assemblée du Conseil de l’Europe et du Parlement européen

    De 1979 de 1989, il est député européen

    De 1984 à 1987, il est Président du Parlement européen

    Il met un terme à sa carrière politique au terme de ce dernier mandat.

    Il décède le 27 juin 2000 à Strasbourg.