Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Gustave Adolphe Hirn

    hirn, logelbach, colmar, haussmannGustave Adolphe Hirn est né le 21 août 1815 à Logelbach.
    De santé fragile, il ne fréquente aucune école mais suit des études à domicile, notamment, dans le laboratoire de chimie de la manufacture de son grand-père maternel, Jean-Michel Haussmann, auquel son père était associé. C’est donc tout naturellement qu’il intègre celle-ci, comme chimiste, à 19 ans. Il commence alors ses premières expériences sur la vitesse limite des gaz (1839), sur l’effet thermique du travail (1840), sur les ventilateurs (1845) et sur les méthodes d’essai des moteurs thermiques. En 1845, il se voit confier la responsabilité des  machines à vapeur de l’usine.
    En parallèle, il travaille également sur la thermodynamique et particulièrement sur la surchauffe. La technique qu’il met au point, le “cycle de Hirn“, dans lequel la vapeur est surchauffée avant d’être détendue, est employée dans les centrales électriques.

    Il publie de nombreux ouvrages sur ses recherches et est élu correspondant de l’Académie des Sciences (section de physique générale) le 20 mai 1867.
    En 1868, il publie “Conséquences philosophiques de la théorie de la thermodynamique“.
    Intéressé par les observations célestes (il publie “Mémoire sur les anneaux de Saturne“), il crée un observatoire météorologique à Colmar et se passionne pour l’astronomie.
    Peu avant sa mort, il invente le pandynamomètre (appareil au moyen duquel on évalue le travail mécanique d’un moteur).

    Gustave-Adolphe Hirn meurt le 14 janvier 1890 à Colmar.

    Une rue et une école de Colmar portent son nom. Quatre ans après sa mort, sa statue (due Auguste Bartholdi) est inaugurée dans le square jouxtant la chapelle Saint-Pierre.

    En hommage à Gustave Adolphe Hirn, l’Association Française de Mécanique décerne un prix portant son nom.

    Son grand-père maternel, Jean-Michel Haussmann (1748 - 1824) était le frère de Nicolas Haussmann (1760 - 1846), lui-même grand père du Baron Georges Eugène Haussmann (1809 - 1891) qui transforma Paris.

  • Robert Heger, un chef oublié

    Heger.jpgRobert Heger est né le 19 août 1886 à Strasbourg.
    Il commence ses études musicales au conservatoire de Strasbourg (1900-1902), puis les poursuit à Zurich (1902-1905), à Lyon (1905-1907) et à Munich (1907, alors qu’il a déjà entamé sa carrière).
    Violoncelliste de formation, il s’oriente rapidement vers la direction d’orchestre et fait ses débuts en fosse à Strasbourg en 1907 (il a alors 21 ans).

    Après un passage dans les théâtres d'Ulm (1908), de Barmen (1909) et au Volksoper de Vienne (1911), il est nommé (en 1913) à l’opéra de Nuremberg où il dirige également les concerts symphoniques. En 1920, il devient Premier chef au Nationaltheater de Munich avant d’être engagé, cinq ans plus tard, à la Staatsoper de Vienne. Parallèlement, il assure la direction des concerts de la Société des Amis de la Musique. En 1933, il est nommé chef permanent à la Staatsoper Unter den Linden de Berlin (Deutsche Staatsoper). En 1936, son opéra “Der verlorene Sohn“ (Le fils prodigue) est créé, avec succès, à Dresde sous la direction de Karl Böhm. L’année suivante (1937), il adhère au NSDAP, le parti nazi, et dirige un concert dans Cracovie occupée. Son inscription sur la “Gottbegnadeten-Liste“ lui évitera d’être appelé au front.

    Après la guerre, sa carrière se poursuit à la Städtische Oper (Deutsche Oper Berlin) avant son retour à Munich comme Premier chef et président de la Hochschule für Musik und Theater. C’est avec la troupe de Munich qu’il dirige la création londonienne de “Capriccio“ de Richard Strauss en 1953.
    Il meurt à Munich le 14 janvier 1978.

    Il a composé plusieurs opéras (“Ein Fest zu Haderslev“, “Der Bettler Namenlos“, “Der verlorene Sohn“, “Lady Hamilton“), trois symphonies, des concertos, des œuvres chorales, des mélodies… orchestré des mélodies de Strauss et laissé de nombreux enregistrements.

    Une rue de Munich porte son nom.

     

     

     

     

     

  • Marie Jaëll, pianiste virtuose, compositrice et pédagogue réputée.

    Marie Jaell.jpgUne fois de plus l’anniversaire du jour concerne une personnalité reconnue à son époque et totalement tombée dans l’oubli.

    Marie Trautmann nait à Steinseltz (près de Wissembourg) le 17 août 1846. Elle manifeste très tôt d’évidents dons pour la musique et commence le piano à 6 ans. Deux ans plus tard, ses parents l’envoient à poursuivre des études plus approfondies à Stuttgart. Lors d’un petit concert privé (elle a alors 9 ans) elle joue devant Ignaz Moscheles, pianiste réputé, qui lui prédit un grand avenir.
    En 1856 (elle a 10 ans), sa mère la présente à Henri Herz, professeur de piano au Conservatoire de Paris, qui, impressionné par son talent accepte de la prendre comme élève. En 1862, elle peut enfin entrer au Conservatoire où elle obtient le Premier Prix de piano la même année ! Parallèlement, elle travaille avec le professeur Louis Liebe à Strasbourg. Elle enchaîne aussitôt les tournées, en Angleterre, en Allemagne, en Suisse…

    En 1866, elle épouse Alfred Jaëll, lui aussi brillant pianiste, ami de Liszt, Brahms et Saint-Saëns et l’un des premiers pianistes européens à s’être produit aux Etats-Unis. Le couple parcourt toute l’Europe, interprétant tant le grand répertoire classique que les oeuvres de son temps. Mais cette carrière de virtuose, internationalement fêtée, n’empêche pas Marie Jaëll de se livrer à une autre passion : la composition. Elève de Saint-Saëns et Fauré dans ce domaine, elle publie ses premières oeuvres en 1871 avec le soutien de Liszt. En 1887, elle sera l’une des premières femmes admises à la Société des Compositeurs de Paris. Elle laissera plus de 70 compositions : œuvres pour piano, à 4 mains, concertos, œuvres avec chœurs, avec orchestre, mélodies, poème symphonique, musique de chambre et même un opéra inachevé “Runéa“.

    En 1882, son mari meurt. Elle se tourne alors vers l’enseignement et, pour cela, cherche à comprendre le fonctionnement de la main. Elle étudie les sciences à la Sorbonne et travaille avec un physiologiste de renom, Charles Féré, médecin chef à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre à Paris. Elle s’intéresse également au fonctionnement du cerveau et teste le résultat de ses recherches en laboratoire (étude du temps de réaction des doigts à un ordre du cerveau, position des doigts sur les touches…).
    Elle publie de nombreux ouvrages, dont certains font encore autorité : “La musique et la psychophysiologie“ (1896), “Le mécanisme du toucher: l’étude du piano par l’analyse expérimentale de la sensibilité tactile“ (1897), “Le Toucher. Enseignement du piano basé sur la physiologie“ (1899), “L’intelligence et le rythme dans les mouvements artistiques. L’éducation de la pensée et le mouvement volontaire...“ (1904), “Le rythme du regard et la dissociation des doigts“ (1906), “Un nouvel état de conscience : la coloration des sensations tactiles“ (1910), “La résonance du toucher et la topographie des pulpes“ (1912).

    Elle décède à Paris, le 4 février 1925 à 79 ans.

    La Fondation Palazzetto Bru Zane lui a consacré, en février 2016, un volume de sa collection de livres-disques consacrée aux compositeurs français oubliés.