Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jean-Paul de Dadelsen

Dadelsen.jpgJean-Paul de Dadelsen est né à Strasbourg le 20 août 1913.
En 1927, la famille déménage à Hirsingue où son père obtient d’une charge de notaire. Dans le train qui l’emmène au collège d’Altkirch, il fait la connaissance d’Eugène Guillevic (le père du futur poète, gendarme, était alors en poste à Ferrette). Il poursuit ses études au Lycée Louis-le-Grand à Paris et, en 1936, est reçu premier à l’agrégation d’allemand. Il commence alors une carrière de professeur et de traducteur.

En 1942, il rejoint Londres et les Forces Françaises Libres comme officier parachutiste. Par la suite, il sera correspondant étranger du journal “Combat“ de son ami Albert Camus et chroniqueur à la B.B.C avant de devenir conseiller à l’Institut International de la Presse à Zurich.
Il ne commence réellement à écrire qu’en 1952 et ce n’est qu’en 1955 que paraît son premier texte, “Bach en automne“, dans la NRF.
Il meurt le 22 juin 1957 à Zurich, d’un cancer au cerveau.

Le collège de Hirsingue porte son nom.

Son oeuvre :
Bach en automne (NRF n° 35, 1955)
L’invocation liminaire de Jonas, La fin du jour, Peupliers et trembles (Les Cahiers des Saisons, 1956)
Guitares, la dernière nuit de la pharmacienne, Dépassé, Provisoirement (in Preuves, 1957)
Jonas (Gallimard, 1962)
Bach en automne (les Bibliophiles de l’Est, 1979)
Goethe en Alsace (Le Temps qu’il fait, 1995)
Jonas suivi de Les Ponts de Budapest et autres poèmes (Collection Poésie/Gallimard N° 405, 2005).

Écrire un commentaire

Optionnel