Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

D'r Elsass blog fum Ernest-Emile

  • Général Jean Rapp

    Il y a quelques jours j’évoquais l’amiral Bruat, dont la statue (due à Bartholdi) se dresse au centre du Champ de Mars. Elle est également au milieu d’un axe qui part de l’escalier d’honneur de la Préfecture, traverse le parc et la place adjacente pour aboutir à une autre statue, également de Bartholdi (mais toute les statues de Colmar ne sont-elles pas de Bartholdi, si l’on excepte celle du parc du château d’eau qui représente… Bartholdi ?). Une statue qui représente un autre militaire de l’Empire, natif de Colmar, qui donne son nom à la place, le général Rapp.

    Rapp.JPGJean Rapp est né à Colmar le 27 avril 1771 dans la maison attenante au Koifhus. Son père, fabricant de boutons, avait également une charge municipale et dirigeait un bureau de douane. (Pour les non-colmariens, le Koifhus est également appelé Ancienne Douane). Ses parents, tous les deux issus de vieilles familles bourgeoises et luthériennes, souhaitent en faire un pasteur. Il suit donc de solides études secondaires. Mais, le jeune homme, que les témoins de l’époque décrivent comme grand, robuste et doté d’une force peu commune, est d’un tempérament bagarreur peu en rapport avec une carrière ecclésiastique. Deux de ses oncles servent dans l’armée (et un de ses cousins n’est autre quel le futur général Kessel), c’est dans cette voix qu’il choisit de s’engager et, à un mois de son dix-septième anniversaire, il rejoint un régiment de cavalerie stationné près de Colmar, les Chasseurs des Cévennes (qui, la même année, deviendra les Chasseurs de Bretagne puis, en 1791, le 10e Régiment de Chasseurs à cheval).

    Son tempérament le porte à s’exposer et il sera blessé à plusieurs reprises (une constante dans la vie de Rapp qui, en fin de carrière, détiendra le “record“ de blessures pour un général !). En 1791, il est nommé brigadier-fourrier puis maréchal des logis en 1793. L’année suivante il est promu sous-lieutenant, puis lieutenant. En 1796 il est affecté comme aide de camp auprès du général Desaix avec lequel il participe à la défense du fort de Kehl, puis  la campagne d’Italie (en tant que capitaine) et à celle d’Egypte où il sera promu chef d’escadron puis, quelques mois plus tard chef de brigade (c’est-à-dire colonel).

    En mars 1800, lors de son retour en France, son navire tombe aux mains des Anglais et il est fait prisonnier. Libéré en avril, il rejoint l’armée d’Italie. Desaix meurt à Marengo et Rapp devient alors l’aide de camp de Bonaparte, un titre qu’il conservera jusqu’en 1814. Entre 1800 et 1803, il effectue de nombreuses missions tant en France qu’à l’étranger parmi lesquelles, entre autres, l’organisation de l’escadron des Mamelouks dont il assure également le commandement. En 1803, il est nommé général de brigade. Après quelques missions d’inspection en Allemagne, il prend le commandement de la 5e division à Strasbourg. Deux ans plus tard, il revient sur le champ de bataille et se distingue à Austerlitz en mettant en déroute la cavalerie russe avec ses Mamelouks. Cela lui vaudra une nouvelle blessure, une citation et une promotion au grade de général de division. Il s’illustre encore lors de la campagne de Pologne et est nommé gouverneur de Thorn, puis, en 1807, de Dantzig (aujourd’hui Gdandsk) où il remplace un autre Alsacien, le maréchal Lefèbvre (originaire de Rouffach, fait duc de Dantzig par Napoléon après la prise de la place). En 1809, l’empereur le fait comte. Rapp rejoint alors l’armée d’Autriche et jouera un rôle décisif dans la bataille d’Essling.

    Autre moment décisif dans la carrière de Jean Rapp, le 12 octobre 1809. Il est avec l’empereur à Schönbrunn quand il repère un jeune homme qui prétend vouloir faire signer une pétition à Napoléon. Son attitude éveille les soupçons de Rapp qui le fait arrêter et, comme il parle allemand, l’interroge lui-même. Le prisonnier, Friedrich Staps, avoue rapidement son intention de tuer Napoléon. Lorsque ce dernier demande à l’interroger lui-même, c’est encore Rapp qui sert d’interprète. C’est cette tentative d’assassinat qui fait prendre conscience à Napoléon qu’il lui faut un héritier et entraînera la répudiation de l’impératrice Joséphine. Et là encore intervient une personnalité locale, Charles-Louis Schulmeister, chargé d’établir si Staps avait agit seul ou dans le cadre d’un complot.

    Rapp.jpgAprès un court séjour à Paris, Rapp reprend son commandement à Dantzig, qu’il abandonnera quelque temps pour participer à la campagne de Russie où il se distinguera, une fois de plus, en couvrant la retraite de la Grande Armée sur la Bérézina. Il y gagnera sa vingt-quatrième blessure ! De retour à Dantzig, il subira près d’un an de siège à l’issue duquel il est fait prisonnier. Il rentre à Paris en juillet 1814 où il est reçu avec les honneurs par Louis XVIII qui le fait chevalier de Saint-Louis et lui décerne le Grand-Cordon de la Légion d’honneur. Le 1er mars 1815, Napoléon débarque à Golfe-Juan. Rapp se voit confier le commandement du 2ème corps avec pour mission d’arrêter Napoléon, mais ses hommes refusent de combattre. Après une entrevue avec l’empereur, il se rallie à lui et est nommé à la tête de l’armée du Rhin et de la 5ème division. Il s’installe à Strasbourg. Le 13 juin, il est élu représentant à la Chambre des Cent-Jours par le grand collège du Haut-Rhin (avec 95 voix sur 121 votants) et, le 2 juin, il est fait pair de France. Après un bref retour sur le champ de bataille, il se replie sur Strasbourg après Waterloo et défendra la ville jusqu’en juillet face aux alliés pour conserver l’Alsace à la France. Menacé par la réaction royaliste, Rapp se retire au château de Wildenstein, de l’autre côté de la frontière, dans  le canton d’Argovie en Suisse, en septembre 1815. En janvier de l’année suivante, il épouse en seconde noce (il avait déjà été marié et avait divorcé) Albertine-Charlotte baronne de Rothberg-Coligny, héritière du château de Rheinweiller (non loin des frontières allemande et suisse) qu’il rachète et restaure.

    En 1817, il rentre à Paris. Le 22 juillet 1818, il est mis en disponibilité par ordonnance royale, puis nommé pair de France (pour la seconde fois) le 5 mars 1819, et premier chambellan le 26 novembre 1820.

    Il se retire à Rheinweiller où il meurt d’un cancer le 8 novembre 1821. Son corps est rapatrié à Colmar et enterré au cimetière du Ladhof.

    Grand-officier de la Légion d’honneur, chevalier de l’Ordre de la Couronne de Fer, grand-croix des ordres du Lion de Bavière, du Mérite militaire de Maximilien-Joseph, de l’ordre de la Fidélité de Bade, de l’ordre des Deux-Siciles et l’ordre de la Réunion, chevalier puis commandeur (à titre posthume) de l’Ordre royal et militaire de Saint-Louis, Jean Rapp est l’un des militaires les plus décorés de son temps.

  • 26 avril 1792, création de la Marseillaise à Strasbourg

    L’histoire

    Strasbourg, 1792. Le Baron de Dietrich, maire de Strasbourg, tient salon. Parmi les habitués, le capitaine Rouget de Lisle, affecté au bataillon “Les enfants de la Patrie“. Le 25 avril, un courrier annonce la déclaration de guerre faite 5 jours plus tôt au roi de Bohème et de Hongrie. Selon la légende, le baron aurait demandé au capitaine, compositeur à ses heures : «Mais vous, monsieur de Lisle .. trouvez un beau chant pour ce peuple soldat qui surgit de toutes parts à l’appel de la patrie en danger et vous aurez bien mérité de la Nation»

    Or ce même jour, Rouget de Lisle avait vu une affiche placardée sur les murs de Strasbourg par la Société des Amis de la Constitution :
    “Aux armes, citoyens ! L’étendard de la guerre est déployé ! Le signal est sonné ! Aux armes ! Il faut combattre, vaincre, ou mourir.
    Aux armes, citoyens ! Si nous persistons à être libres, toutes les puissances de l’Europe verront échouer leurs sinistres complots. Qu’ils tremblent donc, ces despotes couronnés ! L’éclat de la Liberté luira pour tous les hommes. Vous vous montrerez dignes enfants de la Liberté, courez à la Victoire, dissipez les armées des despotes !
    Marchons ! Soyons libres jusqu’au dernier soupir et que nos vœux soient constamment pour la félicité de la patrie et le bonheur de tout le genre humain !“

    Ce texte lui servira de point de départ pour les paroles.

    Pour la musique, c’est une autre histoire.

    la Marseillaise.jpg

    La polémique

    Selon certains musicologues, la mélodie serait en fait due à Ignace Pleyel, compositeur autrichien, ami de Rouget de Lisle, qui avait déjà mis en musique quelques-uns de ses textes et qui fut pendant 10 ans maître de chapelle à la cathédrale de Strasbourg et, à ce titre, un habitué des salons du maire De Dietrich.

    D’autres ont constaté des similitudes avec le concerto pour clavecin en mi-bémol majeur de Carl Philippe Emmanuel Bach, avec le concerto pour piano en fa majeur de Mozart, avec le credo de la Missa Solemnis du compositeur allemand Holzbauer.

    Une autre version est proposée sur Wikipedia : “L’origine de la musique est plus discutée, puisqu’elle n’est pas signée (contrairement aux autres compositions de Rouget de Lisle), et qu’elle semble trop complexe pour avoir été écrite par lui, qui n’était pas un grand musicien. Elle a été composée par Jean-Baptiste Grisons (1746-1815), maître de chapelle à Saint-Omer dans son oratorio Esther (1775). À l’écoute, l’inspiration ne fait aucun doute.“ L'auteur de l'article, bien qu'il semble particulièrement sûr de lui, est l'un des très rares partisans de cette thèse !

    Le nom du compositeur strasbourgeois Jean-Frédéric Edelmann (5 mai 1749 - 17 juillet 1794) a également été évoqué. Son ami le baron de Dietrich, devenu maire de Strasbourg, lui avait commandé un hymne pour la Fête de la Fédération. Les liens qui unissaient les deux hommes pourraient être un argument en faveur de cette thèse, sans un événement qui allait provoquer une profonde divergence entre eux : l’arrestation de Louis XVI à Varennes. Edelmann est Jacobin (il présidera le club des Jacobins de Strasbourg) et de Dietrich, monarchiste constitutionnel. Cette séparation est intervenue l’année précédant la composition de la Marseillaise.

    La version la plus crédible reste bien celle l’attribuant à Pleyel, confirmée par une lettre de Rouget de Lisle à sa famille, lettre dans laquelle il annonce avoir reçu commande d’un hymne de la part du maire de Strasbourg et s’être adressé, pour ce faire, à son ami Pleyel. Alors pourquoi celui-ci n’en a-t-il pas revendiqué la paternité ? Peut-être parce que nous sommes alors en pleine période révolutionnaire et qu’il était autrichien… Il vallait mieux en laisser la paternité à un républicain patenté !
    A l’appui de cette version, plusieurs témoignages. Ainsi, Hubert d’Andlau, actuel propriétaire du château d’Ittenwiller, alors propriété de Pleyel raconte : «Rouget de L’Isle savait manier la plume pour créer des vers de mirliton. Mais ses connaissances en musique étaient sans doute précaires. Aussi décida-t-il de rendre visite à son ami Pleyel à Ittenwiller afin de lui demander son aide. Ittenwiller est sans doute le vrai berceau de la Marseillaise. Mon père aimait raconter cette histoire en concluant : “Je ne peux pas le prouver, mais personne ne peut prouver le contraire“».
    Pleyel, jusque-là suspecté de sympathies royalistes allait rapidement être complètement réhabilité et même obtenir la nationalité française (Edelmann, lui sera guillotiné) !

    Le couplet des enfants aurait été ajouté en octobre 1792 par l’abbé Pessonneaux à l’occasion d’une fête donnée à Vienne dans l’Isère en l’honneur des Marseillais se rendant à Paris (d'autres versions parlent de la Fête de la Fédération).

    Contrairement à la légende (et au célèbre tableau d’Isidore Pils, ci-dessus), ce n’est pas Rouget de Lisle qui en a donné la première audition, mais le baron de Dietrich lui-même qui avait, paraît-il, une assez jolie voix de ténor, accompagné au clavecin par la baronne.

     

    Son évolution

    En 1792, François-Joseph Gossec orchestre la Marseillaise et l’intègre à “Offrande à la liberté“. Puis c’est Méhul, en 1795, chargé d’arranger pour plusieurs voix la musique, qui introduit des changements qui ont subsisté.

    En 1830, Berlioz en donne sa version. En 1887, une commission musicale, nommée par le Général Boulanger et présidée par le compositeur Ambroise Thomas, a pour mission de transformer la Marseillaise en marche militaire.

    En 1974, le président Giscard d’Estaing demande qu’elle soit réarrangée d’après les partitions anciennes et harmonisée avec un rythme plus proche de l’original, moins martial, plus dans l’esprit d’un hymne.

    Retour en arrière, en 1981 : à la demande du président Mitterrand, le rythme “traditionnel“, plus rapide, est rétabli.

    Pour ma part, et bien que je n’ai aucune compétence particulière en la matière, je suis partisan d’un rythme plus lent. A ceux qui objectent que le “Chant de guerre pour l’armée du Rhin“ est bien une marche et que le rythme rapide est donc plus adapté, je répondrai sur deux points : la version originale, chant accompagné au clavecin, ne permet pas un rythme très martial et, d’autre part, si l’on se réfère aux marches datant de cette époque et encore régulièrement interprétées (la Marche Consulaire, par exemple), leur rythme est beaucoup plus lent que celui des marches plus récentes.

    Enfin, tout simplement, quel intérêt y aurait-il eut à créer une commission pour transformer la Marseillaise en marche si tel avait déjà été le cas ?

    Quoi qu’il en soit, la Marseillaise est l’un des rares hymnes connus dans le monde entier.

  • Frédéric Blasius

    Blasius.jpgMatthieu-Frédéric Blasius est né le 24 avril 1758 à Lauterbourg.
    Comme ses frères (qui feront carrière à Paris, Pierre comme violoniste et Ignace comme bassonniste), il prend ses premiers cours de musique avec son père, tailleur et musicien amateur.

    Après avoir été un temps au service du prince-évêque de Strasbourg (1780-1782), Fréderic Blasius se rend à Paris. A partir de 1784, il se produit dans ses propres concertos pour violon, devenant un soliste réputé. Outre le violon, il pratique également la clarinette, le basson et la flûte !

    En 1788, il entre dans l'orchestre du Théâtre Italien (qui deviendra Opéra-Comique) comme violoniste. Le 19 avril 1790, il est nommé premier violon et chef de cet orchestre, poste qu'il occupera jusqu'en 1801, puis à nouveau de 1804 à 1818. Parallèlement, il est directeur de la Musique de la Garde Nationale (1793-1795).

    A la création du Conservatoire de Musique, en 1795, il est nommé professeur. Il publie une méthode pour la clarinette et une pour le basson.

    En 1799, il devient chef d'orchestre des harmonies de la Garde consulaire, poste qu'il perd en 1804. Il est alors nommé directeur des Grenadiers de la Garde Impériale.

    Après le changement de régime, il intègre l'orchestre privé du roi et dirige la musique du 5e régiment des voltigeurs de la Garde.

    Il se retire de la vie musicale en 1818 et s'installe à Versailles où il décède en 1829.

    Il laisse un important catalogue d'œuvres de musique de chambre et une dizaine d'opéras.

    Le Mercure de France du 6 septembre 1788 relate la création de "Paysanne supposée ou la Fête de la Moisson", une comédie mêlée d'ariette créée le 28 août précédent et décrit Blasius comme "…un Compositeur d'un très-grand mérite, dont le faire est très-supérieur, infiniment supérieur à celui de beaucoup de Musiciens à grands succès".