Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

D'r Elsass blog fum Ernest-Emile

  • Jean-Henri Lambert

    Lambert.jpgJean-Henri Lambert est né le 26 août 1728 dans une famille huguenote réfugiée à Mulhouse.

    Il quitte l'école à 12 ans pour aider à subvenir aux besoins de la famille, mais se passionne pour les sciences qu'il continue à étudier, avec les moyens du bord, à ses rares moments de libre.
    A 15 ans, il est employé aux écritures dans une fonderie puis devient secrétaire-bibliothécaire de Johann Rudolf Iselin, directeur du journal "Basler Zeitung". Ce dernier le présente à la famille de Salis qui l'engage comme précepteur de leurs fils en 1748. Il a alors accès à l'impressionnante bibliothèque des comtes de Salis et peut pleinement satisfaire sa soif de connaissance, notamment en mathématiques, philosophie et astronomie.
    En 1755, il publie ses premiers travaux.
    Entre 1756 et 1758, il effectue un voyage d'études avec ses élèves qui le mène dans les principaux centres intellectuels d'Europe. Durant cette période, il noue des contacts avec de nombreux savants, devient membre de la Société scientifique de Bâle et de la Göttinger Gesellschaft der Wissenschaften.

    Son premier livre (sur ses travaux d'optique) est publié en 1758. Peu après, il s'installe à Augsbourg et publie deux nouveaux ouvrages sur la photométrie et la cosmologie.
    Sur proposition du mathématicien Euler, il est reçu à l'Académie des Sciences de Berlin en 1764. Il fera plus de 150 publications au cours des années suivantes.
    Il décède à Berlin le 25 septembre 1777 à tout juste 49 ans.

    Lambert a été le premier à prouver l’irrationalité de Pi, il a inventé des systèmes de projection cartographique (toujours utilisés), un hygromètre ainsi qu'un perspectographe et a étudié les déplacements sur des orbites elliptiques (théorème de Lambert)… Pas mal pour un autodidacte !

    Biographie de Jean-Henri Lambert sur le site de la BNF.

    Lambert.jpg

    La colonne Lambert à Mulhouse

  • Jacques-Louis Battmann

    JBattmann.jpgacques-Louis Battmann est né le 25 août 1818 à Masevaux.

    Il fait une carrière d'organiste à Belfort, Vesoul puis Dijon où il meurt le 7 juillet 1886.

    Comme compositeur, il laisse un catalogue de 456 œuvres, essentiellement pour orgue et harmonium, mais également des pièces chorales ou pour piano.

  • Louis Ier de Bavière, le Strasbourgeois

    LouisI.jpg

    Le 25 août 1786 naquit Louis 1er de Bavière. Il est, à ma connaissance, le seul souverain régnant né à Strasbourg.

    Son père, Maximilien de Wittelsbach, comte de Ribeaupierre (dont le père, Frédéric-Michel de Deux-Ponts-Birkenfeld, etait originaire de Ribeauvillé) est né à Schwetzingen et a grandi à Strasbourg. Au service de la France, il possédait le régiment Royal Alsace (créé par son grand-père, Christian III) dont il était colonel et avait acquis, en 1769, l’hôtel particulier situé 13 rue Brûlée, aujourd’hui Palais du Gouverneur militaire.
    C’est ainsi que Louis (qui porte le prénom de son parrain, Louis XVI) est né le 25 août 1786 à Strasbourg. A la révolution, il quitte Strasbourg pour se réfugier sur ses terres du Palatinat.

    A la mort de son frère aîné, Maximilien était devenu duc souverain de Deux-Ponts et Electeur palatin, puis, après la disparition de son cousin Charles-Théodore, en 1799, Electeur de Bavière. Soutien de la première heure de Napoléon, lorsque celui-ci érige la Bavière en royaume, il en devient le premier roi sous le nom de Maximilien 1er. C’est donc fort logiquement que son fils Louis lui succède, à sa mort, en 1825.

    Grand amateur d’art, Louis Ier fera de Munich le plus important centre artistique et universitaire allemand en y transférant l’université (située jusque là à Landshut) et en faisant construire la Glyptothèque, la Staatliche Antikensammlungen ainsi que l’Alte et la Neue Pinakothek.

    Il soutient l’indépendance de la Grèce dont, en 1832, son second fils, Othon, devient le premier roi. Après les événements de 1830 en France, sa politique se fait plus répressive. Le mécontentement grandit alors en Bavière, et sa liaison avec Lola Montez ajoute encore à son impopularité. Contraint d’abdiquer, il cède le trône à son fils aîné Maximilien le 20 mars 1848.
    Il meurt à Nice le 29 février 1868.
    Il était l'oncle de l'empereur d'Autriche François-Joseph Ier (fils de sa sœur Sophie) et de l'épouse de celui-ci, l'impératrice Elisabeth "Sissi" (fille de sa sœur Ludovika qui avait épousé le chef de la branche cadette des Wittelsbach, également prénommé Maximilien). On notera au passage que Sissi avait donc des origines alsaciennes puisqu'elle était une descendante directe des comtes de Ribeaupierre !

    Origine d'une tradition 

    Le 12 octobre 1810, Louis épouse Thérèse de Saxe-Hidburghausen. De grandes festivités sont organisées et le 17 octobre a lieu une première course de chevaux sur une grande prairie en bordure de la ville. Cette vaste étendue sera désormais appelé “Theresienwiese“ du nom de la jeune mariée. Et depuis lors, chaque année, à ce même endroit, a lieu une grande fête, l’une des fêtes populaires les plus connues au monde, l’Oktoberfest !