Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Alsace en musiques

  • Strasbourg - Straßburg

    Deux chants militaires, l'un français, l'autre allemand…

  • Marche !

    Adolphe Sellenick, bien que né à Libourne est Alsacien : son père était originaire de Niederbronn et lui-même a grandi à Strasbourg et deviendra chef d’orchestre à l’opéra de la ville (qu'il quittera pour prendre la tête de la musique de la Garde Républicaine). Il a dû y laisser de bons souvenirs puisque son nom a été donné à la rue où se trouve le Palais des Fêtes (jusqu’en 1972, la salle de concert de Strasbourg).

    Mon beau pays d'Alsace (marche d'Adolphe Sellenick)

    La marche “Rhin et Danube“ est la marche officielle de la Première Armée Française, commandée par le général de Lattre de Tassigny, celle-là même qui libéra Colmar. Ce sont d’ailleurs les armes de Colmar qui figurent sur son insigne régimentaire.

  • Gaston Villemer

    L’auteur de “Alsace et Lorraine“, Gaston Villemer, avait fait de la chanson revancharde son fond de commerce. Ces textes sont d’un antigermanisme primaire, parfaitement en phase avec le patriotisme exacerbé de son époque. A écouter comme témoignage historique, avec tout le recul qui s’impose.

     

    "Le Maître d'école Alsacien", pour laquelle je n'ai trouvé aucun extrait rappelle étrangement la nouvelle "La dernière classe" d'Alphonse Daudet.

    C’est dans une école d’Alsace
    Où le soleil de ses rayons
    Éclaire toute la classe
    De fillettes et de garçons.
    C’est l’heure où l’on apprend à lire
    Tous les enfants taisent leurs voix
    Car le vieux maître vient de dire
    Parlant la langue d’autrefois

    La patrouille allemande passe
    Baissez la voix mes chers petits
    Parler français n’est plus permis
    Aux petits enfants de l’Alsace

    Le maître en parlant de la France
    Avait des larmes dans les yeux
    Sa voix enseignait l’espérance
    Aux orphelins silencieux
    Il leur disait : Dans vos prières
    Le soir quand vous joindrez les mains
    Parlez la langue de vos pères
    Qui sont tombés sur nos chemins

    La patrouille allemande passe
    Baissez la voix mes chers petits
    Parler français n’est plus permis
    Aux petits enfants de l’Alsace

    Enfants, vous qu’a frappés la guerre
    Souvenez-vous de nos malheurs
    Et que la nouvelle frontière
    N’existe jamais pour vos cœurs
    Les yeux tournés vers la patrie
    Grandisses, l’heure sonnera
    Où son âme aujourd’hui meurtrie
    Vers elle vous rappellera

    La patrouille allemande passe
    Baissez la voix mes chers petits
    Un jour la langue du pays
    Nous la reparlerons dans l’Alsace.