Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Henri Loux

Un nom qui ne sonne pas vraiment alsacien pour celui qui est, peut-être, l'artiste alsacien dont l'oeuvre est la plus connue !

Son père est originaire de Fouday, dans la vallée de la Bruche, ce qui explique le nom. Instituteur, il est nommé à Auenheim et épouse Frédérique Wolff, fille du maire de Rountzenheim, un village voisin. Henri y naît le 20 février 1873, mais grandit à Sessenheim où son père est nommé directeur d'école.

A 17 ans, il entre à l’école des Arts Décoratifs de Strasbourg puis, 3 ans plus tard, à l'académie des Beaux-Arts de Munich.

A son retour, il commence une carrière d'illustrateur : il réalise entre autre la brochure “Vins et coteaux d’Alsace“ distribuée lors de l'Exposition Universelle de Paris en 1900, des affiches, des menus, des étiquettes de vin… Mais le travail qui va assurer sa postérité, il le doit à un hasard. Autre artiste alsacien réputé, Charles Spindler, n'a pas le temps d'assurer une commande faite par une faïencerie. C'est donc vers Henri Loux que celle-ci se tourne pour créer les décors de ses services alsaciens. Ce décor “Obernai“ fait aujourd'hui partie intégrante de l'image de notre région.

Henri Loux décède à Strasbourg le 19 janvier 1907 des suites de problèmes cardiaques.

Assiette.jpg

Son père est à l'origine du musée consacrée à Goethe à Sessenheim. Le poète allemand y venait régulièrement rendre visite à Frédérique Brion, la fille du pasteur. C'est là qu'il vécut son premier réveillon traditionnel dont il allait faire l'une des scènes-clé de Werther. Mais ceci est une autre histoire…

 

Les commentaires sont fermés.