Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Reforme territoriale

    A lire et entendre les réactions des opposants à la réforme territoriale, un constat s’impose : l’immense majorité de nos concitoyens semblent ignorer que les cadre administratif actuel de nos régions n’a que 50 ans.

    Il date de 1964 et est basé sur un nouveau découpage défini par le décret Pflimlin de 1955. C’est à cette époque qu’ont été nommés les premiers préfets coordonnateurs. De décret en décret (10 mai 1982, 29 avril 2004, 16 février 2010), ils deviendront préfets de région et verront leur rôle évoluer. Les Conseils régionaux, eux, apparaissent en 1972 sous la forme d’Établissements publics régionaux au rôle relativement limité. Le transfert d’un certain nombre de compétences par la loi de décentralisation de 1982, la transformation de la région en collectivité territoriale et l’élection des conseillers au suffrage universel en 1986, la révision constitutionnelle de 2003 seront les étapes principales d’un processus qui s’est achevé par la réforme du mode de scrutin en 2004. Est-ce dire qu’il n’y avait rien avant ? Pas exactement.

    Les préfets de régions ont été créés en 1942 par l’Etat français, mais n’ont pas survécus à la Libération. Et l’Alsace-Moselle n’était alors pas concernée. Mais la régionalisation n’était pas enterrée pour autant et, en 1948, de grandes régions étaient créées sur la base des régions militaires, les igamies. A leur tête, un IGAME (inspecteur général de l’administration en mission extraordinaire) qui avait autorité sur le général commandant la région militaire, les CRS, gendarmerie et les préfets départementaux. En ce qui concerne l’Alsace, force est de constater que le nouveau découpage n’a rien de nouveau : il correspond exactement à l’igamie dans laquelle elle était inclue de 1948 à 1964, avec Metz pour métropole.

    1948 Igamies.jpg

    Ce n’est qu’avec le découpage de 1955 que l’Alsace prendra sa forme actuelle. D'autres régions, principalement dans le Sud-Ouest, seront modifiées par le découpage suivant.

    1955 Prog act reg.jpg

    Il existait également un autre découpage, plus ancien puisqu'il date de 1919, les "régions Clémentel" du nom du ministre (entre autres) de l'industrie et du commere, Etienne Clémentel. Ces "groupements d'intérêt régionaux" se fondaient sur les Chambres de commerce qui pouvaient librement choisir de s'associer, même en dehors de leurs limites départementales, et de changer de "région" (le nombre de ces groupements a évolué durant leur courte existence).

    1919 Regions Clementel.jpg

    Ce petit rappel permettra peut-être d’ouvrir un vrai débat sur des bases claires.