Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Alsace en musiques - Page 3

  • L'Alsace en musique

    Je l’ai déjà dit : l’Alsace est une terre de musique. Et quand je dis musique, faut pas immédiatement entendre de l’accordéon !

    Notre province a beau être petite, elle n’en est pas moins celle qui compte le plus grand nombre d’orgues. Nombreux aussi les harmonies, fanfares, chœurs et orchestres en tout genre, amateurs ou professionnels. L’Orchestre Philharmonique de Strasbourg, l’Orchestre Symphonique de Mulhouse, la Follia, la Chambre Rhénane, le Parlement de Musique, la Maîtrise de Garçons de Colmar, les Voix de StrAss, l’Opéra national du Rhin, les Percussions de Strasbourg… en sont les brillants représentants au plus haut niveau.

    C’est aussi une terre de festivals réputés avec Musica, le Festival international de Colmar, les Musicales de Colmar, Musicalta, GéNéRiq, les festivals de jazz de Munster et Colmar, la Foire aux Vins… A quoi il faut ajouter la tradition des concerts de l’Avent et de Noël ainsi que les concerts du Vendredi Saint à Saint-Guillaume à Strasbourg.

    Mais l’Alsace a également inspiré de nombreux compositeurs dans le passé et ce vaste répertoire comprend des chants patriotiques et marches militaires, des chansons, des oeuvres symphoniques ou chorales (les “Scènes alsaciennes“ de Massenet, “Les cloches de la cathédrale de Strasbourg“ de Liszt…), un opéra (“L’amico Fritz“ de Mascagni), une opérette (“Lischen et Fritzchen“ d’Offenbach)…

    Certaines de ces mélodies sont aujourd’hui complètement oubliées (et l’on comprend pourquoi !) mais qu’on les trouve ringardes, dépassées, trop marquées par leur époque ou d’une qualité musicale plus que moyenne, elles font partie de notre patrimoine et, à ce titre, méritent d’être connues.

    La période de la première annexion, celle de 1870 à 1918, a été particulièrement riche en chants patriotiques aux textes parfois violents et revanchards, fortement teintés d'antigermanisme (l'époque le voulait ainsi) dont le plus connu est sans doute celui-ci :

    En 1919, une autre chanson lui faisait écho :

  • L'Amico Fritz, un opéra ayant l'Alsace pour cadre.

    Le 31 octobre 1891, au Teatro Costanzi de Rome, a été créé un opéra de Pietro Mascagni (le compositeur de “Cavalleria rusticana“) ayant pour cadre l’Alsace. Le livret (en italien !) de Nicola Daspuro s’inspire du “best seller“ de l’époque, “L’ami Fritz“ d’Erckmann-Chatrian.

    Si certains situent l’action en Lorraine, voire en Bavière (!), le livret est très clair sur ce point : “L’azione ha luogo in Alsazia, 1890“. Et “L’amico Fritz“ va être un immense succès. L’une de ses mélodies, le “duo des cerises“ deviendra même extrêmement populaire.

    .

  • Un opéra-comique alsacien !

    31 mai 1879 : Création au théâtre municipal de Colmar de "D'r verhäxt herbst" ("La vendange ensorcelée"), luschtoperettla (opéra-comique) en 4 actes de Jean-Baptiste Weckerlin sur un livret "uf Colmarditsch" de Jean Thomas Mangold.

    Avis aux troupes amateurs : ça nous changerait des traditionnelles pièces de théâtre vues et revues !