Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Alsace en musiques - Page 4

  • Les cloches de la cathédrales de Strasbourg

    Le 10 mars 1875 est créée, à Budapest, une cantate, peu jouée de nos jours, de Franz Liszt :"Les cloches de la cathédrales de Strasbourg". L'œuvre ne lui a pas été directement inspirée par ces cloches, mais par un poème de Henry Longfellow, "The golden legend", et plus précisément le prologue, "The spirit of Strasburg cathedral", qui décrit la tempête déchaînée par Lucifer et ses démons autour de la cathédrale, alors qu'ils tentent d'abattre la croix qui surmonte sa flèche. Vaincus par les saints et les anges-gardiens, Lucifer et ses démons sont contraints à la fuite au son des cloches et de l'orgue qui saluent leur défaite. 

    Un autre compositeur, Sir Arthur Sullivan (plus connu pour ses opérettes composées sur des livrets de William S. Gilbert) mettra ce poème en musique, cette fois dans son intégralité, la scène strasbourgeoise retrouvant sa place de prologue.

     

    Et après l'évocation, les vraies :

     

    En complément, le prologue de "The golden legend" d'Arthur Sullivan", inspiré du même poème.

  • L'Alsace à l'opéra

    Le 4 janvier 1864, aux Bouffes Parisiens, Offenbach présente ce qu’il qualifie lui-même de “conversation alsacienne en 1 acte“, un petit opéra-comique intitulé “Lischen et Fritzchen ou Alsacien et Alsacienne“, qui ne comporte que deux personnages : Lischen, Asacienne, marchande de balais et Fritzchen, Alsacien, domestique. Les deux personnages, à l’accent alsacien prononcé, se rencontrent par hasard dans la rue. Chacun d’eux croit que l’autre se moque de son accent jusqu’au moment où ils découvrent qu’ils sont tous les deux Alsaciens !

     

    Le 31 octobre 1891, au Teatro Costanzi de Rome, est créé un opéra de Pietro Mascagni (le compositeur de “Cavalleria rusticana“) ayant pour cadre l’Alsace. Le livret (en italien !) de Nicola Daspuro s’inspire du “best seller“ de l’époque, “L’ami Fritz“ d’Erckmann-Chatrian. Si certains situent l’action en Lorraine, voire en Bavière (!), le livret est très clair sur ce point : “L’azione ha luogo in Alsazia, 1890“. Et “L’amico Fritz“ va être un immense succès, l’une de ses mélodie, le “duo des cerises“ deviendra même extrêmement populaire.