Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pierre Hermé

Pierre-Herme.jpgPierre Hermé est né le 20 novembre 1961 à Colmar.

Il grandit dans l’appartement situé au-dessus de la boulangerie-pâtisserie familiale dans laquelle se sont succédées trois générations d’Hermé depuis 1870. A 10 ans, changement radical de vie : il devient pensionnaire chez les frères maristes à Issenheim.

A 14 ans, sa décision est prise, il sera pâtissier ! Et c’est une petite annonce qui bouleversera sa vie : Gaston Lenôtre, le Maître de la pâtisserie française cherche des apprentis. Ses parents l’emmènent à Paris où il passe un entretien avec le responsable du personnel de Lenôtre et, en 1975, commence son apprentissage dans la prestigieuse maison. Il y restera jusqu’en 1986, année qui verra son arrivée chez Fauchon comme chef-pâtissier alors qu’il n’a que 24 ans.

En 1996, il quitte Fauchon pour Ladurée et, la même année, créé (Charles Znaty et Michel Ferton) la Socrepa, Société de Créations Pâtissières. En 1998, il ouvre sa première boutique “Pierre Hermé Paris“ à l’hôtel New Otani à Tokyo, puis, en 2002 à Paris, rue Bonaparte.

Il est le premier pâtissier à faire appel à un designer : c’est ainsi que naîtra “La cerise sur le gâteau“, dessiné par Yann Pennor, un gâteau tout chocolat au lait composé d’une dacquoise aux noisettes, d’un praliné feuilleté, d’une ganache, d’une chantilly et de fines feuilles de chocolat.
En 2005, il crée, au sein de la prestigieuse Ecole Ferrandi, un atelier de formation à la haute pâtisserie.
En 2008, il lance sa collection de macarons “Haute-couture“.
Le 30 octobre de la même année, il inaugure sa manufacture de macarons et de chocolats à Wittenheim.

Aujourd’hui, on peut s’offrir les chocolats et les macarons de Pierre Hermé sur internet, www.pierreherme.com, ou dans l’une de ses boutiques (deux à Londres, neuf à Tokyo et une à Osaka, huit à Paris, une au Chesnay, une à Nantes, une à Lyon, une à Nice et une à… Strasbourg, au rez-de-chaussée des Galeries Lafayette).

Commentaires

  • Lorsque je vois je nom HERME je me rapelle ma jeunesse, habitant à 50 mètres de la boulangerie des ses parents, je me vois cherchant le matin de bons petits pains au flan, de l'excellent pain plein de farine, des superbes beignets bien remplis de bonne confiture maison.

Les commentaires sont fermés.