Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le village préféré des Français : Riquewihr dans le peloton de tête !

    riquewihr.jpeg

    22 villages (un par région) étaient soumis au vote des internautes :
    Angles-sur-l’Anglin (Poitou-Charentes),
    Apremont-sur-Allier (Centre),
    Barfleur (Basse-Normandie),
    Baumes-les-Messieurs (Franche-Comté),
    Les Baux-de-Provence (Provence-Alpes-Côte d’Azur),
    Le Bec-Hellouin (Haute-Normandie),
    Beynac-et-Cazenac (Aquitaine),
    Collonges-la-Rouge (Limousin),
    Essoyes (Champagne-Ardenne),
    Gerberoy (Picardie),
    Ivoire (Rhône-Alpes),
    Maroilles (Nord-Pas-de-Calais),
    Montsoreau (Pays de la Loire),
    Piana (Corse),
    La Roche-Guyon (Ile-de-France),
    Rodemack (Lorraine),
    Saint-Cirq-Lapopie (Midi-Pyrénées),
    Saint-Guilhem-le-Désert (Languedoc-Roussillon),
    Saint-Suliac (Bretagne),
    Salers (Auvergne),
    Vézelay (Bourgne)…
    et, pour l’Alsace, Riquewihr.

    70 000 personnes ont participé à ce vote.

    A priori, nous partions avec un léger handicap : comme notre région est la plus petite, le “chauvinisme régional“ (bien compréhensible en pareil cas) ne nous avantageait pas vraiment.
    Et pourtant, Riquewihr se classe sixième.

    Pour être complet, citons quand même le village classé premier : Saint-Cirq-Lapopie à une trentaine de kilomètres à l'est de Cahors.

  • Pour ses 500 ans, édition de timbres du retable d'Issenheim

    Intégralement copié sur le site du Musée d'Unterlinden
    Mais c'est pour la bonne cause !

     

    Edition de timbres du retable

    Autour du 500e anniversaire du retable d'Issenheim : La Poste émet un bloc de timbres novateur pour célébrer les 500 ans du Retable d’Issenheim


    La Poste commémore les 500 ans du Retable d’Issenheim, en créant, grâce à une prouesse technique, un bloc de timbres polyptiques. Ce dernier s’ouvre à la façon du retable, permettant ainsi d’admirer ses différentes faces illustrées. C’est la première fois qu’un timbre illustrera la partie sculptée du tryptique. Les timbres représentent les sculptures de saint Augustin, saint Antoine et saint Jérôme qui sont insérées dans la caisse du retable, oeuvre de Nicolas de Haguenau.

     

    La Poste réalise également pour l’occasion 10 modèles différents d’enveloppes « prêt-à-poster » à l’effigie du musée Unterlinden et du Retable. Elles sont en vente exclusive au musée à partir du 16 juin, puis dans le bureau de poste de Colmar Nord, situé 21 rue du Nord et les bureaux de poste alentours.

    NB : après le 17 juin, le bloc timbres retable d'Issenheim sera en vente uniquement sur le site Internet de la Poste. 

     

    Fondation du patrimoine


    Opération exceptionnelle au profit de la restauration du retable

    La Délégation Alsace de la Fondation du patrimoine soutient la restauration du retable d’Issenheim. C'est dans ce cadre qu'elle a décidé d'encourager la collecte en offrant un cadeau inédit à toute personne qui aura choisi de faire un don supérieur à 30 euros au bénéfice de cette restauration exceptionnelle :
    - boc de timbres
    - document philatélique
    - Cartes oblitérées

     

    Télécharger le bulletin de souscription

  • George Szell

    Encore un immense chef d’orchestre qui a marqué la vie musicale strasbourgeoise.

    George Szell est né le 7 juin 1897 Budapest. Ses parents s’installent à Vienne où il apprend le piano et donne son premier récital à 10 ans, puis étudie la composition et la direction d’orchestre avant de se rendre à Berlin où il dirige (à 17 ans !) l’une de ses oeuvre avec l’orchestre philharmonique. Richard Strauss le prend alors comme assistant à l’opéra de Berlin. 

    En 1917 (il a donc 20 ans), il est nommé à l’opéra de Strasbourg.

    Suivront différents postes dont celui de premier chef à la Staatsoper de Berlin et de directeur général de la musique à Prague jusqu’à la déclaration de guerre qui l’oblige à rester aux Etats-Unis. Il dirige alors au Metropolitan Opera de New York avant de prendre la direction (de 1946 à 1970) de l’orchestre de Cleveland dont il fera l’un des meilleurs orchestres au monde. Parallèlement, il sera premier chef invité du Concertgebouw d’Amsterdam (en 1958) et premier chef invité et conseiller artistique de l’orchestre philharmonique de New York (en 1969).

    Il décède le 29 juillet 1970 à Cleveland.