Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ernest Wertheimer

Wertheimer.JPGErnest Wertheimer est né le 13 septembre 1852 à Obernai.
Son grand-père, Lehmann Wertheimer, fils d’un boucher d’Ottrott, était un important marchand de bestiaux et présidait la commission administrative de la communauté juive d’Obernai.
Son père, Jacques dirige l’usine de textile Mohler, forte de plusieurs centaines d’ouvriers, qui produit des étoffes (cravates, nappes, rideaux…) vendues dans toute la France et même à l’exportation. Ses trois fils, Emile, Julien et Ernest, travaillent à ses côtés. Lorsque, après l’annexion, ils doivent choisir entre rester en Alsace et devenir Allemand ou opter pour la nationalité française et quitter la région, l’aîné, Emile, décide de rester auprès de ses parents. Ses deux frères font le choix de la France.

Ernest à alors 19 ans. Il fait son service militaire au 73e Régiment d’Infanterie de ligne à Alger, puis, en 1874, s’installe à Paris. Là, il entre chez un fabriquant de cravates, Dreyfus et Kaufmann, dont il deviendra associé.
En 1892, il crée sa propre entreprise. Quelques années plus tard, il fait une rencontre décisive, celle d’un voisin qu’il croise régulièrement, Emile Osordi.

Les origines d'une grande entreprise

En 1862, Joseph-Albert Ponsin, un comédien, dépose le brevet d’une pâte pour la blanchir la peau destinée aux comédiens. Pour superviser sa production, il engage un contremaître, Alexandre-Napoléon Bourjois, qui rachète l’entreprise en 1868 et développe un marché relativement restreint en élargissant sa gamme et en ciblant une clientèle féminine. Il crée notamment la poudre de riz Java qui connaîtra un grand succès. En 1890, il s’associe avec Emile Osordi qui apporte les fonds nécessaires à ce développement. La société A. Bourjois & Cie est créée. Après le décès prématuré de Bourgeois, Osordi travaille quelque temps avec ses héritiers puis rachète leurs parts. A son tour, il cherche un investisseur. Ce sera Wertheimer ! En 1898, Ernest Wertheimer prend 50% des parts et la direction de la société qui devient E. Wertheimer & Cie.

En 1909, Ernest Wertheimer est fait chevalier de la Légion d’Honneur. Ses fils, Paul (né en 1883) et Pierre (1888) travaillent à ses côtés.
En 1910, Bourjois Inc. est créée aux Etats-Unis.
En 1921, après le décès d’Osordi, la société change de nom est devient E. Wertheimer & fils, puis, en 1923, Wertheimer Frères.

Ernest Wertheimer décède le 14 octobre 1927 à Paris.

Les débuts d'une success story

Ernest Wertheimer fréquente d’autres expatriés alsaciens, parmi lesquels Théophile Bader qui vient de fonder les Galeries Lafayette et qu’il connaît de longue date : leurs grands-parents, marchands de bestiaux à Obernai pour le premier, à Dambach-la-Ville pour le second, se fréquentaient déjà ! Bader possède les immeubles des 38, 40 et 42 boulevard Haussmann et du 15 de la rue de la Chaussée d’Antin. Pour se développer, il souhaite acquérir le 23 rue de la Chaussée d’Antin. Wertheimer et Osordi lui accordent un prêt de 800 000 francs en 1909, prêt avec lequel, Bader va pouvoir donner forme à son projet : le magasin, conçu par Georges Chedanne et Ferdinand Chanut -à l’origine de la coupole-, prend la forme que nous connaissons aujourd’hui. Et les produits Boujois figurent en bonne place !

En août 1923, à Deauville, Théophile Bader présente une couturière en vogue à Ernest Wertheimer. Il la connaît depuis longtemps : sa première boutique était située rue Cambon et c’est aux Galeries Lafayette qu’elle achetait les formes pour créer ses chapeaux. Elle vient de passer commande d’un parfum et, parmi les échantillons présentés, elle a choisi le cinquième. Elle l’a donc, tout simplement, baptisé “n°5“. Elle s’appelle Gabrielle Chanel, on la surnomme Coco et, depuis une dizaine d’années, elle révolutionne la mode féminine. Wertheimer, propriétaire des produits de beauté “Bourjois“, est l’homme idéal pour en assurer la production et la commercialisation. Il prend donc 70% du capital de la nouvelle société des Parfums Chanel, 20% allant à Bader et les 10% restant à Chanel.

En 1954, Pierre Wertheimer prend le contrôle de la maison de couture Chanel. Ses arrière-petits-fils (les enfants de Jacques, fils unique de Pierre) sont toujours copropriétaires de la maison de couture et des cosmétiques Bourjois.

Écrire un commentaire

Optionnel