Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

D'r Elsass blog fum Ernest-Emile - Page 5

  • Albert Carré

    Albert_Carre.jpgAlbert Carré est né à Strasbourg le 22 juin 1852. Comme de nombreux Alsaciens, il quitte la région en 1870.

    Comédien, puis metteur en scène, puis directeur de théâtre, il est nommé directeur de l’Opéra-Comique en 1898. Il quittera ce poste pour devenir administrateur général de la Comédie Française (du 1er janvier 1914 au 30 novembre 1915). Parallèlement, il travaille pour le Deuxième Bureau et est responsable des Alsaciens (allemands à l’époque) qui s’engagent dans l’armée française. En 1918, il revient à la direction de l’Opéra-Comique et y reste jusqu’en 1925. Il meurt à Paris 12 janvier 1938

    Pendant 40 ans, il refuse de parler à sa sœur parce que celle-ci avait épousé un officier allemand !

    Il est le neveu de Michel Carré, librettiste des “Pêcheurs de perles“ (Bizet) et “Mireille“ (Gounod) et, en collaboration avec Jules Barbier, de “Hamlet“ et “Mignon“ (Thomas) ainsi que “Faust“ et “Roméo et Juliette“ (Gounod).

    Lui-même est l’auteur des livrets de “La Basoche“ d’André Messager, “Faust en ménage“ de Claude Terrasse et “Le Roi malgré lui“ d’Emmanuel Chabrier.

     

  • Thomas Voeckler

    Thomas.jpgThomas Voeckler est né le 22 juin 1979 à Schiltigheim et passe son enfance à Herbitzheim jusqu’à l’âge de 7 ans. Son père, psychiatre, est passionné de voile et c’est pour cette raison que la famille s’installe en Martinique. C’est là que Thomas découvre le cyclisme : il débute à l’Étoile cycliste du Lamentin, puis rejoint le Club cycliste de Trinité. Pour ses 13 ans, son père lui offre son premier vélo de compétition (acheté à Strasbourg) avec lequel il participera à ses premières compétitions cyclistes. Ce sera son dernier cadeau : quelques mois plus tard, il disparaît en mer.

    « J’ai traversé 3 fois l’Atlantique à la voile, en famille. La première, c’était pour aller habiter en Martinique, en 1986. Après, je l’ai fait à deux reprises avec mon papa et ses amis, en convoyage. Ce sont des expériences très enrichissantes et après coup, je me rends compte que ce n’était pas banal… C’est aussi un souvenir très douloureux car mon papa a disparu en mer, le 10 octobre 1992. »

    A 17 ans, Thomas rentre en métropole pour y poursuivre ses études. Il intègre la section sport-études de La Roche-sur-Yon et passe un BTS de vente. Il rejoint ensuite l’équipe amateur Vendée U, dirigée par Jean-René Bernaudeau, puis remporte le classement national espoirs de Vélo Magazine en 2001. C’est le début de sa carrière professionnelle.

     

  • Ces Alsaciens qui créèrent l'orchestre de la Garde Républicaine

    Jour de la fête de la musique, l'occasion de rendre hommage à Frédéric-Thomas Fillaire (né le 21 juin 1832 à Strasbourg), l'un de ces Alsaciens qui fondèrent l'orchestre de la Garde Républicaine.

    Le premier d'entre eux était Jean-Georges Paulus (né le 5 août 1816 à Haguenau) qui avait créé la fanfare permanente de la Garde de Paris (devenue Garde Républicaine) puis l’orchestre d’harmonie. En 1864, lorsqu’il décide de se consacrer exclusivement à l’orchestre d'harmonie, c’est un autre Alsacien, le brigadier-trompette Frédéric-Thomas Fillaire qui lui succède à la tête de la fanfare qu’il dirigera jusqu’en 1874.

    Et lorsque Paulus quitte l'orchestre, c’est encore un Alsacien, Adolphe Sellenick, jusque là chef d’orchestre à l’opéra de Strasbourg, qui lui succède !