Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musiciens

  • Jean-Georges Paulus, fondateur de l'orchestre de la Garde Républicaine

    Garde républicaine, fanfare, orchestreJean-Georges Paulus, né le 5 août 1816 à Haguenau, commence très jeune une carrière militaire comme clarinettiste au 10e chasseurs à cheval. Parallèlement, il suit des cours au conservatoire de Paris où il obtient, en 1835, le premier prix de clarinette.
    Devenu chef de musique sur “La Belle Poule“, il participe aux cérémonies du transfert des cendres de Napoléon, avant d’être nommé chef de musique du Prince de Joinville.
    En 1848, il rejoint la Garde de Paris. A cette époque-là, la fanfare se composait des douze trompettes du régiment de cavalerie disséminés dans les escadrons de marche qui n’étaient réunis que très occasionnellement à l’occasion de cérémonies. Paulus en fait une formation permanente, composée d’un trompette-major, 12 trompettes, 22 trompettes d’ordonnance, 5 trompettes cor, 3 trompettes contre-basse, 2 trompettes alto, 5 trompettes basse et 2 timbaliers.
    La même année, l’administration préfectorale de Paris confie à la garde républicaine un lot de trente-six instruments pour la constitution d’une musique. La liste de ces instruments permet de supposer que ceux-ci ne sont pas destinés à la fanfare, mais bien à la création d’un nouvel orchestre d’harmonie. Celui-ci sera constitué petit à petit jusqu’à atteindre un effectif de 55 musiciens en 1852, année des débuts officiels de la nouvelle formation lors de la distribution des drapeaux au Champ de Mars.

    Le 4 août 1855, Jean-Georges Paulus est nommé à la tête de la “Musique de la Garde de Paris“. Le 12 mars 1856, Napoléon III signe le décret officialisant l’existence de l’orchestre. A partir de 1864, Paulus se consacre exclusivement à la direction de l’orchestre d’harmonie (c’est un autre alsacien, le brigadier-trompette Frédéric-Thomas Fillaire, qui prend alors la tête de la fanfare).
    Arrangeur, il adapte les œuvres symphoniques pour son orchestre à vent et, le 21 juillet 1867, la Musique de la Garde remporte son premier succès au concours international des musiques militaires au Grand Palais, à Paris, en interprétant l’ouverture d’Oberon et des extraits de Lohengrin.

    Le 18 septembre 1870 la “Garde de Paris“ devient “Garde Républicaine“. La “Musique de la Garde Républicaine“ devient ambassadrice culturelle de la République française et enchaîne les tournées (Londres en 1871, 25 concerts pour 70 jours de tournée à travers les Etats-Unis en 1872…). Partout, Paulus et ses “soldats artistes“ remportent de vifs succès.
    Le 9 mars 1873, il prend sa retraite de chef de musique.
    C’est encore un Alsacien, le compositeur et chef d’orchestre à l’opéra de Strasbourg, Adolphe Sellenick,qui lui succède.

    Jean-Georges Paulus décède à Paris le 14 avril 1898.

     

  • Philipp Friedrich Böddecker

    Philipp Friedrich Böddecker est né à Hagenau. Nous ne connaissons pas sa date de naissance : comme souvent, à cette époque, la première trace de son existence est l'acte de baptême daté du 5 août 1607.

    Son père, originaire de Gostar en Saxe, était musicien professionnel et c'est en cette qualité qu'il s'était établi à Haguenau avant de rejoindre la collégiale de Stuttgart en 1614. C'est auprès de lui et de l'organiste de cette église que Philipp Friedrich apprend la musique.

    En 1626 (il a donc 19 ans), il est engagé comme organiste et professeur de chant à Bouxwiller (Bas-Rhin). Trois ans plus tard, il rejoint la cour du prince de Hesse-Darmstadt comme bassoniste et organiste, puis entre dans l'orchestre de la cour du margrave de Bade. En 1633, il est nommé organiste de la Barfüßerkirche de Francfort mais ne peut prendre ses fonctions qu'en 1638, lorsqu'il est libéré de ses obligations à la cour. En 1642, il est nommé organiste de la cathédrale de Strasbourg, puis, parallèlement, organiste de l'université en 1648 et “Musikdirektor” de Strasbourg.

    En 1652, il reprend le poste d'organiste à la collégiale de Stuttgart occupé quelques années plus tôt par son père. Il espère également obtenir la charge de compositeur à la cour, mais c'est finalement son rival, Samuel Capricornus, qui l'obtient. Commence alors une longue période de conflit entre les deux compositeurs, chacun dénonçant de grossières erreurs dans les compositions de l'autre !

    Philipp Friedrich Böddecker décède à Stuttgart le 8 octobre 1683.

  • Franz Xaver Anton Murschhauser

    Franz Xaver Anton Murschhauser a été baptisé le 1er juillet 1663 à Saverne.
    Après ses études de musique, auprès de Johann Kaspar Kerll à Munich, il est nommé organiste de la cathédrale de la capitale bavaroise en 1691. Il conservera ce poste jusqu'à sa mort, le 6 janvier 1738.