Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Alsace - Page 3

  • Franz Anton Adam Stockhausen

    Franz Anton Adam Stockhausen est né à Cologne le 1er septembre 1789. Professeur de harpe à Paris, il fait la connaissance de Marguerite Schmuck (Guebwiller, 29 mars 1803 - Colmar, 6 octobre 1877), cantatrice réputée. Il l'accompagne lors de ses tournées en Europe, puis le couple s'installe à Guebwiller en 1840. Il meurt à Colmar le 10 septembre 1868).

    Deux des enfants du couple feront également carrière dans la musique :

    • Julius (22 juillet 1826 à Paris - 22 septembre 1906 à Francfort), membre de l'Opéra-Comique à ses débuts,chanteur et professeur réputé. Il est le créateur de la partie de baryton du Requiem allemand de son ami Brahms,
    • Franz (30 janvier 1839 à Guebwiller - 4 janvier 1926 à Strasbourg) sera nommé maître de chapelle de la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, puis directeur du conservatoire en 1871 (il à 32 ans), poste qu'il occupe jusqu'en 1907.

     

  • Le Pfifferdaj, la Fête des Ménétriers de Ribeauvillé

    Ce week-end a lieu la plus ancienne des fêtes alsaciennes, le Pfifferdaj, la Fête des Ménétriers, à Ribeauvillé.

    Le rituel est immuable : animations médiévales, cortège historique et… passage obligé à la fontaine de la place de l’Hôtel de Ville : ce n’est pas de l’eau qui en coule ce jour-là, mais du vin !

    C’est vers 1390 que les ménétriers, ménestrels et troubadours prirent l’habitude de se réunir à Ribeauvillé le 8 septembre, à l’occasion de la fête de la Nativité de la Vierge (non loin de Ribeauvillé se trouve Notre Dame de Dusenbach, lieu de pèlerinage connu depuis le XIIIème siècle).
    Selon la légende, lors de l’une de ses fêtes, le seigneur de Ribeaupierre aurait donné une pièce à un troubadour qui avait cassé son instrument : pour le remercier de son geste, les musiciens le reconnurent comme leur suzerain.
    Le 20 avril 1400, Maximin Ier de Ribeaupierre remet à la confrérie des Ménétriers sa charte.

    En 1533, cette confrérie est divisée en trois sections :
    Ribeauvillé devient le siège de celle d’Alsace moyenne. La tradition s’y est perpétuée jusqu’à la révolution : la dernière rencontre eut lieu en 1788. Mais l’habitude était prise, et bien que les musiciens ne venaient plus en pèlerinage, la fête fut maintenue tous les premiers dimanches de septembre sous forme de foire annuelle avant de renouer avec la tradition en 1802 : le Pfifferdaj était né.
    La section d’Alsace supérieure siégeait à Vieux-Thann et y tenait sa fête le 14 septembre.
    Le sort de la section d’Alsace inférieure est étroitement lié à celui des seigneurs de Ribeaupierre. La lignée masculine des Ribeaupierre s’éteignit avec le comte Jean-Jacques et, comme sa fille ne pouvait hérité du titre et de la seigneurie, c’est à l'époux de celle-ci , Chrétien II, duc de Bischwiller-Birkenfeld (fils de Chrétien Ier de Birkenfeld-Bischweiler et de Madeleine de Wittelsbach-Deux-Ponts, détail qui a son importance comme nous le verrons plus tard) qu'ils revinrent. Celui-ci transféra le siège de cette section à Bischwiller où la fête se déroulait alors le lundi suivant le 15 août.

     

     

    D’une fête à une autre

    Le dernier comte de Ribeaupierre né à Ribeauvillé était Frédéric-Michel de Deux-Ponts-Birkenfeld. Son fils, Maximilien de Wittelsbach, colonel du régiment Royal Alsace, devint, par la volonté de Napoléon, premier roi de Bavière. Et c’est pour fêter le mariage du fils de Maximilien, le futur roi Louis Ier de Bavière (né à Strasbourg) que fut créée la célèbre Oktoberfest de Munich.

    Parmi les descendants directs de ces seigneurs de Ribeaupierre à qui l'on doit le Pffiferdaj, on trouve l'impératrice Sissi, l'empereur François-Joseph Ier d'Autriche, l'empereur Maximilien Ier du Mexique et, depuis le mariage d'Elisabeth de Bavière (arrière-petite-fille de Maximilien de Wittelsbach) avec Albert Ier de Belgique, les rois des Belges.

  • 25 août 1942 : l’incorporation de force

    Un bref rappel historique s’impose.

    Après l’armistice du 22 juin 1940, l’Alsace est un territoire occupé administré par le chef de l’administration civile (gauleiter) du Pays de Bade, Robert Wagner, sous le contrôle de l’armée d’occupation.  Le 4 juillet, l’Allemagne décide, de manière unilatérale, de rétablir l’ancienne frontière franco-allemande de 1871. Le 2 août 1940, un décret de Hitler confie l’administration du territoire au gauleiter : l’armée n’a plus aucun droit de regard sur les affaires civiles. Le 7 août, l’Alsace cesse d’être un territoire occupé pour devenir partie intégrante du Reich. L’autorité de Wagner est renforcée par un second décret (18 octobre 1940) qui le nomme gauleiter du Reichsgau Oberrhein regroupant l’Alsace et le Pays de Bade. Il dispose dès lors des pleins pouvoirs, n’ayant de comptes à rendre qu’au seul Führer.

    Ordonnance.jpg

    Les “Malgrés-nous“

    Le 24 août 1942, le gauleiter Wagner signe une ordonnance qui prendra effet dès le lendemain : les Alsaciens sont désormais contraints d’effectuer leur service militaire dans l’armée allemande, en violation de la convention de La Haye de 1907 (notamment les articles 23 et 45). Le but avoué de cette incorporation de force est avant tout idéologique, il vise à renforcer le processus de germanisation et d’intégration de l’Alsace dans le Reich. Du moins dans un premier temps, car la défaite de Stalingrad (qui coûté 380 000 hommes à la Wehrmacht) oblige l’armée allemande à trouver de nouvelles recrues.
    Wagner ira encore plus en incorporant d’office la moitié de la classe 1926 dans la Waffen SS en février 1944, puis, en avril, une proportion encore plus importante des classes 1908 à 1910 et, enfin, en novembre (alors qu’une grande partie du territoire français est libéré et qu’à la fin de ce même mois, les troupes alliées libéreront Mulhouse et Strasbourg !) c’est au tour de la classe 1927 (des jeunes hommes de 17 ans).
    Si, au début, un certain nombre d’appelés envisage la fuite pour échapper à l’incorporation, les mesures de rétorsion (exécution sommaire, mise sous séquestre des biens, déportation des familles - 3 543 personnes déportées en 1943 -.…) auront raison des plus velléitaires.
    21 classes d’âge ont été concernées (de 1908 à 1928) soit environ 100 000 Alsaciens. 35000 ont été tués ou portés disparus (dont 13 000 sur le front de l’Est), plus de 30 000 ont été blessés (dont 10 000 grièvement), plus de 17 000 ont péri dans les camps russes.
    Ceux détenus dans des camps soviétiques ne rentreront que par petites vagues jusqu’en 1947, quelques retours isolés ayant lieu jusqu’en avril 1955, lorsque le dernier d’entre-eux, Jean-Jacques Remetter ne regagne enfin à Strasbourg.
    Il faudra encore attendre de nombreuses années pour que la situation particulière des “Malgré-Nous“ soit enfin reconnue.
    Un hommage solennel leur a été rendu le 8 mai 2010, place Rapp à Colmar, par le président Sarkozy.