Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Alsaciens célèbres

  • Jérôme Hatt, fondateur d'une dynastie de brasseurs

    CourCorbeau.jpeg12 novembre 1633, naissance à Strasbourg de Jérôme Hatt.

    Fils de teinturier, il choisit une autre voie et rejoint la corporation des tonneliers-brasseurs. Il obtient sa maîtrise le 6 juin 1664 et, 3 jours plus tard, marque de son sceau son premier tonneau de bière dans la brasserie du Canon, installée dans la Cour du Corbeau et dont il n’est alors que locataire (il la rachètera en 1669).

    Il décède à Strasbourg en 1675.

    Si l’histoire de la brasserie familiale a commencé avec Jérôme Hatt, elle s’achèvera également avec Jérôme Hatt, puisque le dernier de ses descendants à la diriger portait le même prénom !

    Mais si la brasserie n’est plus la propriété de la famille Hatt, son histoire se poursuit sous le nom qu’elle a adopté en 1947,celui du quartier de Strasbourg dans lequel elle était située, Kronenbourg.

  • Béatrice Hess, la "torpille française"

    Hess.jpegOriginaire de Ribeauvillé, la plus titrée des sportives françaises est née le 10 novembre 1961 à Colmar.

    Longtemps négligée par les médias français (à croire qu'un sportif handicapé a moins de mérite qu'un sportif valide !), Béatrcie Hess est la nageuse la plus titrée de l'histoire et la sportive française à compter le plus de titres olympiques et mondiaux, toutes catégories confondues. Pour les seuls jeux paralympiques son palmarès est impressionnant : 20 médailles d'or, 5 d'argent et une de bronze !

    Son palmarès est éloquant !

    1982 - Championnats internationaux de Stocke-Mandeville
    - 1 médaille d’or : 200 m 4 nages
    - 2 médaille d’argent : 400 m libre, 50 m papillon
    - 2 médaille de bronze : 100 m libre, 100 m dos

    1984 - Jeux paralympiques de New York
    - 4 médailles d’or : 25 m, 50 m, 100 m libre, 25 m dos

    1985 - Championnat d’Europe à Vienne
    - 3 médailles d’or
    - 1 médaille d’argent en relais

    1988 - Jeux paralympiques de Séoul
    - 1 médaille d’or : 25 m dos
    - 1 médaille d’argent : 50 m libre
    - 1 médaille de bronze : relais 4 x 50 m 4 nages

    1995 - Championnats d’Europe à Perpignan
    - 3 médailles d’or avec record du monde : 50 m, 100 m, 200 m libre
    - 2 médailles d’or : relais libre, 4 nages
    - 2 médailles d’argent : 50 m dos, 50 m papillon
    - 1 médaille de bronze : 200 m 4 nages

    1996 - Jeux paralympiques d’Atlanta
    - 5 médailles d’or avec record du monde : 50 m papillon, 50 m dos, 100 m libre, 200 m libre, 200 m 4 nages
    - 1 médaille d’or avec record paralympique : 50 m libre
    - 1 médaille d’argent : relais 4 x 50 m libre

    1997 - Championnats d’Europe à Badajoz
    - 5 médailles d’or avec records du monde : 50 m papillon, 50 m dos, 50 m libre, 200 m libre, 200 m 4 nages.
    - 3 médailles d’or : 100 m libre, relais 4 x 50 m libre, relais 4 x 50 m 4 nages

    1998 - Championnats du monde à Christchurch
    - 1 médaille d’or avec record du monde : 50 m libre
    - 5 médailles d’or : 200 m 4 nages, 100 m libre, 50 m dos, 200 m libre, relais 4 x 50 m 4 nages
    - 2 médailles de bronze : 50 m papillon, relais 4 x 50 m libre

    1999 - Championnats d’Europe à Braunschweigh
    - 7 médailles d’or : 200 m 4 nages, 50 m dos, 200 m libre, 100 m libre, 50 m libre, relais 4 x 50 m libre, relais 4 x 50 m 4 nages
    - 1 médaille d’argent : 50 m papillon

    2000 - Jeux paralympiques à Sydney
    - 7 médailles d’or avec record du monde : 50 m papillon, 50 m dos, 50 m libre, 100 m libre, 200 m libre, 200 m 4 nages, relais 4 nages
    - 4ème place au 100 m brasse avec record du monde

    2002 : Championnats du monde à Mare Del Plata
    - 1 médaille d’or : 200m libre
    - 1 médaille d’argent : 50m dos
    - 1 médaille de bronze : 100m libre

    2004 - Jeux paralympiques à Athènes
    - 2 médailles d’or : 200 m libre, au 100 m brasse
    - 3 médailles d’argent : 50 m dos, 50 m libre et 100 m libre

  • Baron De Dietrich né un 4 novembre à Strasbourg

    Dietrich.jpgPhilippe-Frédéric De Dietrich est né le 4 novembre 1748 à Strasbourg.

    Issu de la vieille famille de maîtres de forges et de banquiers originaire de Niederbronn, il est un scientifique reconnu, élu à l’Académie des Sciences en 1786. C’est lui qui démontre la nature volcanique du Kaisersthul. Lui encore qui, assisté de Lavoisier, reproduit devant l’Académie les expériences de Volta qui avait mis en évidence la nature inflammable des gaz des marais (découvrant ainsi la méthanisation).
    “Commissaire du roi à la visite des usines, des bouches à feu et des forêts du royaume“, il publie une “Description des gîtes de minerai et des bouches à feu du royaume“, le plus complet recensement de l’époque des mines et hauts-fourneaux de France.

    Maire de Strasbourg de 1790 à 1792, il est à l'origine de notre hymne national, “La Marseillaise“. Le Baron de Dietrich tenait salon. Parmi les habitués, le capitaine Rouget de Lisle, affecté au bataillon “Les enfants de la Patrie“. Le 25 avril, un courrier annonce la déclaration de guerre faite cinq jours plus tôt au roi de Bohème et de Hongrie. Selon la légende, le baron aurait demandé au capitaine : «Monsieur de Lisle, trouvez un beau chant pour ce peuple soldat qui surgit de toutes parts à l’appel de la patrie en danger et vous aurez bien mérité de la Nation». Autre habitué de ce salon, le maître de chapelle de la cathédrale, Ignace Pleyel qui avait déjà collaboré avec Rouget de Lisle et qui serait le véritable compositeur de l'hymne. C’est le baron lui-même, qui avait, paraît-il, une assez jolie voix, qui l’interpréta pour la première fois, accompagné au clavecin par la baronne.

    Soupçonné de protéger des prêtres réfractaires et accusé d’avoir manifesté son opposition à l’insurrection du 10 août 1792 (prise des Tuileries et arrestation de la famille royale), il comparaît devant le tribunal de Besançon qui l’acquitte. Mais, sous la pression de Robespierre qui voit en lui en dangereux conspirateur, il est transféré à Paris et rejugé. Condamné à mort par le tribunal révolutionnaire, il sera guillotiné le 29 décembre 1793.
    Le 23 août 1795, après la chute de Robespierre, il est réhabilité par la Convention Nationale.