Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Alsaciens célèbres - Page 3

  • Gustave Doré, né un 6 janvier

    Graveur, illustrateur, peintre et sculpteur, Gustave Doré est né à Strasbourg le 6 janvier 1832.

    gustave,doré,strasbourg,graveur,illustrateur,peintreIl a illustré des oeuvres de Balzac, Rabelais, Lord Byron, la comtesse de Ségur, Jules Vernes… les Contes de ma mère l’Oye (La Barbe bleue, Cendrillon, Le Chat botté, Le Petit Chaperon rouge, Le Petit Poucet, Riquet à la houppe, Griselidis, Les Fées, La Belle au bois dormant, Peau d’Âne) de Perrault, La Divine Comédie de Dante, les Fables de La Fontaine, Don Quichotte de Cervantes ou encore les Aventures du Baron de Münchhausen, le Capitaine Fracasse, Sinbad le Marin… Au total, cet autodidacte aura illustré plus de 120 volumes parus en France, en Allemagne, en Angleterre ou en Russie entre 1852 et 1883.

    Sa notoriété et son succès sont internationaux, en 1869 il ouvre même sa propre galerie, la Doré Gallery, à Londres.

    Il meurt d’une crise cardiaque à 51, le 23 janvier 1883, dans son hôtel particulier à Paris. Il est enterré au cimetière du Père Lachaise.

    Le catalogue de ses œuvres est impressionnant : 9.850 illustrations, 68 titres de musique, 5 affiches, 51 lithographies originales, 54 lavis, 526 dessins, 283 aquarelles, 133 peintures et 45 sculptures.

    Le musée de Bourg-en-Bresse, installé dans les superbes bâtiments du monastère royal de Brou, abrite 136 oeuvres (peintures, sculptures, dessins, gravures, manuscrits…) de Gustave Doré.

    Il est l'arrière-arrière-grand-oncle du chanteur Julien Doré.

    Gustave, Doré, Strasbourg, graveur, illustrateur, peintre

    gustave,doré,strasbourg,graveur,illustrateur,peintre

    gustave,doré,strasbourg,graveur,illustrateur,peintre

    gustave,doré,strasbourg,graveur,illustrateur,peintre

    gustave,doré,strasbourg,graveur,illustrateur,peintre

    gustave,doré,strasbourg,graveur,illustrateur,peintre

    .

  • Nés un 3 janvier…

    Balde.jpgDeux anniversaires aujourd’hui. Deux personnalités et deux époques très différentes.

    Le musicologue, producteur à Radio France et professeur au Conservatoire de Paris, Rémy Stricker, né le 3 janvier 1936 à Mulhouse.

    Jacob Balde jésuite et poète est né le 3 janvier 1604 à Ensisheim.
    A partir de 1620, il étudie la philosophie à l’écoles des Jésuites d’Ensisheim puis à Ingolstadt (Bavière). Il commence une carrière d’enseignant qui le mène à Munich, puis à Innsbruck, avant d’entreprendre des études de théologie. Il est ordonné en 1633. Il reprend le cours de sa carrière d’enseignant, à Munich, puis à Ingostadt.
    En 1638, il est nommé chapelain du prince de Bavière, charge qu’il abandonne au bout de deux ans, pour raison de santé. Le prince lui confie alors la rédaction d’une histoire de la Bavière. Il rédige un premier volume, “Expeditio Donawerdana”, puis renonce devant la volonté de Maximilien d’imposer sa vision de l’histoire. Balde se consacre alors exclusivement à ses œuvres. Il meurt le 9 août 1668 à Neuenburg an der Donau.
    A en croire le site de l’Université de Dallas, Balde était l’un des plus grands, sinon le plus grand, des poètes néo-latins : « Jacob Balde was a German Jesuit priest and one of the greatest, if not the very greatest, of all Neo-Latin poets »

  • Théodore Deck

    theodore,deck,guebwiller,céramique,bleuThéodore Deck est né le 2 janvier 1823 à Guebwiller. Pour ceux qui ne connaissent pas Guebwiller, c’est sur la route du Markstein en venant de Mulhouse, vous situez ?

    C’est la grande époque des poêle en faïence et c’est donc chez un poêlier de Strasbourg que Théodore découvre la céramique. Comme il est curieux et qu’il a envie d’en apprendre plus, il part faire un long voyage à travers tout l’empire austro-hongrois et l’Allemagne pour finir à Paris vers 1847.

    theodore,deck,guebwiller,céramique,bleuEn 1861, il présente quelques unes de ses créations au Salon des arts et industries de Paris. Le succès est immédiat. Théodore est Alsacien, donc généreux : il partage sa technique avec les artistes de son temps et forme de nombreux apprentis. Et comme la technique c’est sa passion, il innove en permanence en mettant au point la glaçure sur feuille d’or, une nouvelle gamme d’émaux inspirée des céramiques turques et persanes et, surtout, une couleur particulière, le bleu Deck.

    En 1870, l’Alsace est annexée et il doit choisir entre rester Français ou devenir Allemand. Il fera évidemment le bon choix et, en 1887, deviendra le directeur de la prestigieuse Manufacture de Sèvres.

    Entre temps, il se lance dans la politique et devient adjoint au maire du XVe arrondissement.

    Il meurt à Paris le 15 mai 1891 et c’est son ami Bartholdi qui réalise son monument funéraire qu’on peut voir au cimetière Montparnasse.

    Site du Musée Théodore Deck à Guebwiller