Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

D'r Elsass blog fum Ernest-Emile - Page 6

  • Frédéric Blasius

    Blasius.jpgMatthieu-Frédéric Blasius est né le 24 avril 1758 à Lauterbourg.
    Comme ses frères (qui feront carrière à Paris, Pierre comme violoniste et Ignace comme bassonniste), il prend ses premiers cours de musique avec son père, tailleur et musicien amateur.

    Après avoir été un temps au service du prince-évêque de Strasbourg (1780-1782), Fréderic Blasius se rend à Paris. A partir de 1784, il se produit dans ses propres concertos pour violon, devenant un soliste réputé. Outre le violon, il pratique également la clarinette, le basson et la flûte !

    En 1788, il entre dans l'orchestre du Théâtre Italien (qui deviendra Opéra-Comique) comme violoniste. Le 19 avril 1790, il est nommé premier violon et chef de cet orchestre, poste qu'il occupera jusqu'en 1801, puis à nouveau de 1804 à 1818. Parallèlement, il est directeur de la Musique de la Garde Nationale (1793-1795).

    A la création du Conservatoire de Musique, en 1795, il est nommé professeur. Il publie une méthode pour la clarinette et une pour le basson.

    En 1799, il devient chef d'orchestre des harmonies de la Garde consulaire, poste qu'il perd en 1804. Il est alors nommé directeur des Grenadiers de la Garde Impériale.

    Après le changement de régime, il intègre l'orchestre privé du roi et dirige la musique du 5e régiment des voltigeurs de la Garde.

    Il se retire de la vie musicale en 1818 et s'installe à Versailles où il décède en 1829.

    Il laisse un important catalogue d'œuvres de musique de chambre et une dizaine d'opéras.

    Le Mercure de France du 6 septembre 1788 relate la création de "Paysanne supposée ou la Fête de la Moisson", une comédie mêlée d'ariette créée le 28 août précédent et décrit Blasius comme "…un Compositeur d'un très-grand mérite, dont le faire est très-supérieur, infiniment supérieur à celui de beaucoup de Musiciens à grands succès".

  • Théophile Bader, fondateur des Galeries Lafayette

    Bader.jpgThéophile Bader est né le 24 avril 1864 à Dambach-la-Ville dans une famille de petits commerçants juifs. En 1870, ses parents, profondément attachés à la France, le place comme interne au lycée de Belfort. C’est un élève brillant, particulièrement doué en mathématiques, qui obtient tous les prix de sa classe. Il poursuit des études universitaires à Paris, puis se lance dans les affaires.

    Le 13 décembre 1893, avec son cousin Alphonse Kahn, Théophile Bader ouvre un magasin de nouveautés dans une petite mercerie (70m2) située à l’angle de la rue La Fayette et de la rue de la Chaussée d’Antin. L’emplacement, à proximité de l’Opéra, des grands boulevards et de la toute nouvelle gare Saint-Lazare, est idéal. La configuration du magasin (la circulation s’effectue dans des allées entre les rayons) et son emplacement vont lui donner son nom, “Galeries Lafayette“. Le succès est immédiat et l’agrandissement devient nécessaire. C’est ainsi qu’en 1896, la société achète la totalité de l’immeuble du 1 rue La Fayette puis, en 1905, des immeubles du boulevard Haussmann (les 38, 40 et 42) et de la rue de la Chaussée d’Antin (le 15).
    En 1909, un autre Alsacien, que Bader connaît bien, Ernest Wertheimer (originaire d’Obernai) qui est à la tête des “Cosmétiques Bourjois“, lui accorde un prêt pour l'acquisition du 23 de la rue de la Chaussée d'Antin.

    Théophile Bader confie l’agencement de ce vaste ensemble à un célèbre architecte de l’époque (un prix de Rome) Georges Chedanne, puis à l’élève de celui-ci, Ferdinand Chanut, qui crée la fameuse coupole. Le concept voulu par Bader est un “bazar de grand luxe dont l’abondance et le luxe des marchandises tourneraient la tête aux clientes“.

    Le nouveau magasin est inauguré en d’octobre 1912. Il se distingue par le raffinement de son intérieur avec ses balcons et sa coupole de style byzantin constituée de dix faisceaux de vitraux peints, enserrés dans une armature métallique richement sculptée de motifs floraux. Et c’est Louis Majorelle qui conçoit les balustres des étages inférieurs et la rampe d’escalier. Sur 5 étages, ce sont 96 rayons qui présentent leurs nouveautés. On y trouve aussi un salon de thé, une bibliothèque, un salon de coiffure et une terrasse qui offre une vue unique sur Paris et sa nouvelle Tour Eiffel. Une grande importance est accordée aux vitrines qui doivent éveiller toutes les envies et tous les désirs.

    Bader est un visionnaire : lorsque la Société anonyme des Galeries Lafayette est créée le 1er septembre 1899, elle possède déjà ses propres ateliers de fabrication et de confection (Société Parisienne de Confection). Il crée également une crèche pour les enfants des employées, une caisse de secours (1899) et une caisse de retraite (1909). Il est l’un des premiers à vendre, dans son grand magasin, du prêt-à-porter, copie de modèles haute-couture. Sur la façade de la rue La Fayette, il fait poser un calicot : “Les Galeries Lafayette, maison vendant le meilleur marché de tout Paris“. Il diversifie aussi son offre en ajoutant de nouveaux rayons comme la confection pour homme, l’ameublement, les jouets, les arts de la table…

    En 1932, il créé une chaîne de magasins de moyenne surface proposant des produits utilitaires et de consommation courante à des prix très bas. Le premier “Monoprix“ ouvre à Rouen. En 1939, il y en aura 23 dans toute la France.

    En 1935, suite à une grave maladie, Théophile Bader délègue la direction effective des Galeries et de toutes leurs succursales à ses deux gendres, Raoul Meyer et Max Heilbronn.

    En 1940, victime de la politique d’arayanisation Théophile Bader, Raoul Meyer, Max Heilbronn, les administrateurs du magasin ainsi que 129 employés juifs sont contraints de démissionner. Les familles Bader, Meyer et Heilbronn sont dépossédées de leurs biens. Raoul Meyer et Max Heilbronn rejoignent la Résistance. Heilbronn, auteur du plan de destruction des installations ferroviaires au moment du débarquement allié en France, sera arrêté en 1944 et déporté au Struthof, puis à Buchenwald.

    Théophile Bader meurt le 16 mars 1942 à Paris.

    Le 20 septembre 1944, les Galeries Lafayette sont rendues à Raoul Meyer (qui a activement participé à la libération de Paris). Il sera rejoint à leur tête par Max Heilbronn, rentré de Buchenwald en avril 1945.

    Aujourd’hui, la présidence du directoire du Groupe Galeries Lafayette est assurée par Ginette Moulin, fille de Max Heilbronn et donc petite-fille de Théophile Bader.

     

    Théophile Bader n’a jamais oublié ses origines : en 1930, il fournit gratuitement des tissus pour le renouvellement des uniformes de la fanfare municipale de Dambach et en 1937, il invite, à ses frais, les musiciens à Paris.

     

    En août 1923, à Deauville, Théophile Bader présente une couturière en vogue à Ernest Wertheimer. Il la connaît depuis longtemps : sa première boutique était située rue Cambon et c’est aux Galeries Lafayette qu’elle achetait les formes pour créer ses chapeaux. Elle vient de passer commande d’un parfum et, parmi les échantillons présentés, elle a choisi le cinquième. Elle l’a donc, tout simplement, baptisé “n°5“. Elle s’appelle Gabrielle Chanel, on la surnomme Coco et depuis une dizaine d'années, elle révolutionne la mode féminine. Wertheimer, propriétaire des produits de beauté “Bourjois“ est l’homme idéal pour en assurer la production et la commercialisation. Il prend donc 70% du capital de la nouvelle société des Parfums Chanel.

  • Frédérique Brion, l'une des plus grandes histoires d'amour romantiques

    Inconnue en France, quasiment connue de tout le monde en Allemagne, Frédérique Brion est née le 19 avril 1752 à Niederroedern, près de Seltz, dans le Bas-Rhin.

    Friederike_Brion.jpgA quoi cette célébrité, pour ne pas parler de popularité, tient-elle ? Pourquoi de nombreux ouvrages lui ont-ils été consacrés ? Même le grand Franz Lehar, le compositeur de “La veuve joyeuse“, lui a dédié une opérette “Friederike“ !

    Frédérique était le troisième enfant du pasteur Jean Jacques Brion. En 1760, le pasteur est nommé à Sessenheim, à une trentaine de kilomètres au nord de Strasbourg. Là, au presbytère, il accueillait fréquemment des voyageurs de passage. C’est ainsi qu’il vit débarquer, un jour de l’automne 1771, Friedrich Leopold Weyland, un étudiant en médecine de la faculté de Strasbourg, qui faisait visiter la région à l’un de ses amis, un jeune allemand venu étudier le droit dans la capitale alsacienne, Johann Wolfgang von Goethe. Coup de foudre et début de ce que nos voisins d’outre-Rhin appellent “la plus grande histoire d’amour de l’histoire de la littérature“ !

    Durant son séjour strasbourgeois, Goethe allait faire de fréquentes “folles chevauchées“ (comme il les qualifiait lui-même, en français dans le texte) vers Sessenheim pour voir Frédérique.
    C’est pour elle qu’il écrit ses premiers poèmes dont le célébrissime “Heideröslein“. C’est aussi grâce à leur rencontre qu’une tradition typiquement alsacienne s’est répandue à travers l’Allemagne d’abord, le monde ensuite.
    Invité à partager le réveillon de Noël avec la famille du pasteur, Goethe découvre cette tradition du réveillon autour du sapin. Il en est à ce point marqué, qu’il en fera une scène-clé de son roman “Die Leiden des jungen Werthers“ (les souffrances du jeune Werther), le premier vrai best-seller de l’histoire de la littérature (il y avait bien eu la Bible, mais bon… Peut-on parler de littérature ?). Le succès du roman est phénoménal : les jeunes gens s’habillent en bleu et jaune comme le héros, les jeunes filles adoptent les robes roses de Charlotte… Dans le roman, Werther se suicide : il y aura un vague de suicides… Rien d’étonnant donc (et tellement moins dangereux) de voir le réveillon reconstitué dans de nombreux foyers !

    Sesenheim.jpg

    Le presbytère de Sessenheim dessiné par Goethe

     

    Mais n’importe quel bon alsacien vous le dire, la vie est comme un chapelet de saucisses, une succession de moments avec leur début et leur fin. Et cette histoire d’amour, aussi intense fut-elle, s’acheva lorsque Goethe rentra à Stuttgart. Il fit ses adieux à Frédérique le 7 août 1771.

    Frédérique ne se maria jamais, elle vécut à Sessenheim jusqu’au décès de son père puis avec sa jeune soeur et son frère, également pasteur, suivant ce dernier dans ses différents ministères. De santé fragile, elle décéda le 3 avril 1813 à Meissenheim, près de Lahr, en Allemagne, non loin de la frontière française. C’est là qu’elle fut enterrée.

    Lors d’un voyage en Suisse, en 1779, Goethe fit un crochet par Sessenheim pour la revoir. D’autres sources évoquent une seconde rencontre, en 1782, à l’occasion du mariage de la soeur aînée de Frédérique, mais la page amoureuse était tournée, du moins pour le poète.

    Un autre célèbre poète allemand, Jakob Michael Reinhold Lenz, qui lui aussi séjournait à Strasbourg, tombera également amoureux d'elle, mais sans retour.

    Franz Lehar, le compositeur de "la Veuve Joyeuse" et du "Pays du Sourire" à fait de Frédérique Brion le personnage principal de son opérette "Friederike".

    “Heideröslein“, version chanson populaire.

    "Heideröslein“, écrit pour Frédérique, mis en musique par Franz Schubert